35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
automne

Il y a des périodes comme ça, où tout va plutôt moins bien, pour ne pas dire plus mal, où les mauvaises nouvelles s’accumulent... Aux difficultés de l’époque et aux menaces qui se propagent même dans l’air que l’on respire, s’ajoutent des destins brisés, des vies de passionnés qui se font bien trop courtes, des sorties de routes inattendues, des disparitions qui nous brisent....

A l’heure où bientôt vont s’agiter à nouveau nos drapeaux à damiers, l’ami Olivier PONTHIEU nous a quittés. A pas 54 ans, il se voit mis hors course par la maladie, non sans avoir lutté ; on connaissait trop sa combativité féroce, si bien planquée derrière sa bonhommie et son sourire tranquille.

18 nov 2011, Esplanade St-Jean d'Acre - Au départ du prologue (étape 1), le vendredi soir, Olivier répond à nos questions, exprimant avec des mots simples, son bonheur d'être là... - (cliché P. Guérin)

 

Le jeune PONTHIEU s’était lancé dans l’arène du rallye auto en 1985, à l’âge de 19 ans à peine ! Une saison complète en 1988, courue dans le nord de la France (Pas-de-Calais, Somme, Picardie), le faisait ferrailler dans la classe F3 au volant d’une Peugeot 104 ZS. De 89 à 94, il trouvera ses aises, six saisons durant, en pilotant une Citroën AX Sport, toujours dans le grand nord, chez les Chtis, raflant au passage quelques timbales et accessits de classes. Son parcours parmi les « modernes » s’arrêtera là.

Puis ce sera un long arrêt au stand, d’autres diraient « sa traversée du désert rallystique ». Plus le moindre run entre 1995 et 2009, ses priorités s’étant portées sur la famille et le boulot. A ce moment là, nous ne connaissons pas Monsieur PONTHIEU du côté de La Rochelle. Et puis soudain, la passion automobile toujours vissée au corps, voici notre Olivier qui sort de son « auto-confinement », de sa privation de bagnole et de vitesse, pour enfiler non pas un masque obligatoire, mais une combi réglementaire qui va désormais transpirer en historique, ce malgré ses 43 ans. Bienvenue dans le monde des VH, Olivier !...

13 nov 2009, Esplanade St-Jean d'Acre - Venu sans Margaux, mais avec Emmanuelle DELAIRE, Olivier s'élance pour sa première finale VHC. Le public de l'Automne découvre la "Gord" millésimée 1972... - (cliché P. Guérin)

 

Ce retour aux « affaires rapides » sur asphalte tombe d’autant mieux que la jeune Margaux est désormais en âge de courir, d’épauler papa. Le duo se forme très naturellement, devenant même un trio avec la Renault 12 Gordini, cette monture toute bleue dont la silhouette se fera le signe d’Olivier. Amateur de grands écarts, il est membre de l’ASA de Picardie (0108) tout en résidant dans la Haute-Garonne, dans le petit village d’Ardiège. L’homme ne rechigne pas à bouffer du kilomètre...

Il va s’offrir une première escale chez nous, venant en éclaireur, pour tester ce qui se passe dans ce coin de France, sur le littoral atlantique, en participant au Printemps de Bords VHC 2009. Grace à la convivialité et à l’ambiance qui règnent sur nos épreuves et à son amitié partagée avec Jean-Roch LEBOSSÉ, Olivier va se rapprocher de nous. Margaux et lui porteront désormais les couleurs du SAO.

 

14 nov 2009, Esplanade St-Jean d'Acre -  Parc fermé à l'issue du prologue de la veille. La belle bleue d'Olivier est bien là, alors que passe Jean-Claude ANDRUET, quelques minutes avant son départ pour la grande étape du samedi. - (Cliché archives SAO)

 

Plus qu’un simple concurrent, Olivier était un ami pour beaucoup d’entre nous et un monsieur très apprécié dans le monde du VHC, de la race des gentlemen. Comment ne pas sympathiser avec ce garçon fidèle aux hommes, à nos organisations comme à ses Renault d’hier et d’avant-hier, un garçon humble mais déterminé, incroyable force tranquille. Basé loin de la Charente-Maritime, Olivier suivait de loin nos activités, mais ne manquait pas pour autant nos grands rendez-vous maritimes.

De la R12 Gordini à la 11 Turbo, il n’y avait qu’un pas qu’il franchira pour la saison 2014, avec à ses côtés sa fille Margaux, mais aussi, le temps d’une pige, avec Emmanuelle DELAIRE ou plus régulièrement avec Philippe QUEVAL. Voilà donc le père et la fille qui nous font découvrir leur tout premier bout de capot noir et bleu sur le Printemps de Bords 2009, afin de se préparer à une finale rochelaise de fin de saison qu’ils ont cochée sur leur agenda. Malgré l’absence de Margaux, Olivier sera bien là les 13, 14 et 15 novembre 2009, avec sa « Gord » bleue à bandes blanches, venu se frotter aux ANDRUET, DEPONS, RAGNOTTI et autre SERPAGGI... car il n’a peur de personne le pilote de la 227. Et s’il sait qu’il ne jouera pas dans la même catégorie que les ténors, se moquant éperdument du scratch, il est là que pour s’amuser et nous régaler, avec une auto bien « franchouillarde », symbole de toute une époque. Rien que pour cela, on doit déjà te dire merci, Olivier...

           14 nov 2009, Esplanade St-Jean d'Acre -  Qui les aurait crus stressés au départ de l'étape 2 de cette Finale nationale ?...              En fait "ça rigole bien" dans l'habitacle de la R12 Gordini des PONTHIEU, symbole de la complicité fille/papa. - (cliché P. Guérin)

 

Pas dispo pour la Finale 2010, il reviendra pour notre 3ème Finale nationale consécutive, un nouveau rendez-vous historique qui donnera l’impression à cette époque, que La Rochelle vient d’être élevée au rang de capitale du VH. Sur cette Finale 2011, c’est la famille PONTHIEU qui se retrouve au complet, jusque dans l’équipe d’assistance, mobilisée elle aussi pour ferrailler contre les mêmes cadors, pour balayer nos légendaires feuilles mortes automnales et pour déjouer tous les pièges tendus, riches de trous, de bosses et de graviers. Ils sont 49 équipages à s’élancer ; la meute est sauvage ; Olivier n’est pas le dernier de ces « furieux » à s’envoyer. Olivier va rouler propre sur des routes souvent sales.

19 nov 2011 - Cette Finale VHC est baignée de soleil. Le public ne s'y est pas trompé et assiste, en masse, aux envolées des belles anciennes. Ici, Olivier met sa "Gord" en gravitation, preuve qu'il n'amuse pas la galerie !... - (cliché Oli'Nat)

 

Seul SERPAGGI absent a été remplacé par un surcompressé Gérard MORIERE et son « deutsche bolide 911, 3 litres ». Dans la petite « Gord » familiale de 1972, frappée du numéro 225, papa et sa fille s’amusent, se font des frayeurs, mais sans peur ni gravité. Peu leur importe de décrocher une place dans ou hors du top 10 ; Si la bleue veut bien rester sur la route, ils seront dans leurs clous !... L’essentiel sera atteint ; le bonheur simple de rallier la Place du Château, au cœur de Surgères. Ils y seront ; Hélène a veillé sur eux. Ils sont heureux et nous aussi. Comme Jean-Claude ANDRUET, ils viennent de remporter leur plaquette de beurre, un gâteau et un fromage charentais !

19 nov 2011, Place du Château à Surgères - Margaux vient de pointer au CH d'entrée en parc de regroupement. Leur victoire à eux sera de se retrouver là, à la nuit tombante, pour partager avec les copains et la famille le bonheur d'être à l'arrivée. - (cliché P. Guérin)

 

Olivier est un homme aussi présent que discret, un poil taiseux, oserais-je même dire... Nombreux sont ceux qui à la fin d’un rallye ne connaissent pas le son de sa voix. Son auto fait assurément plus de bruit que lui. Son bonheur d’être là, de courir, se lit dans ses yeux, dans son regard complice et protecteur sur Margaux, une jeune PONTHIEU plus explosive que papa. Pour autant, Olivier ne lâche jamais l’affaire.

Petits changements dans la vie perso, jusque dans la nouvelle auto qui dans un coin de France se prépare ; En s’installant à Saint-Gaudens (31), Olivier va se faire un peu plus rare en Aunis & Saintonge, courant beaucoup moins en 2012 et 2013, pour mieux cibler les grands rallyes de la région Nord. Mais en octobre 2014, percevant l’éclat de lumière du « Phare du Bout du Monde » et voyant quelque remue-ménage du côté des Minimes, Olivier quittera son Occitanie pour revenir ici, humer à nouveau et de très près l’air iodé de la mer, ou plutôt de l’océan. Dans ses bagages, c’est Philippe QUEVAL qui est le nouveau préposé à la lecture des notes ; Margaux s’est faite porter pâle.

Au SAO, on a parfois pour habitude de soigner le réconfort avant l'effort !... Il en fut ainsi, en novembre 2011, lorsque sur "La Mélusine", bateau des Croisières Inter-Iles, on accueillit au port les équipages pour un délicieux moment de convivialité, tout en gourmandises et en briefing. Margaux et Olivier étaient là et ont apprécié... - (cliché P. Guérin)

 

Ce week-end des 10, 11 et 12 octobre, La Rochelle touche le Graal avec 62 voitures au départ ; un record pour une finale VH !... Rien que d’en parler me donne le frisson, fait redresser le poil. Olivier est là, presque incognito dans la masse imposante si impatiente d’en découdre, docilement rangé dans le parc fermé sous le code 219. Il a troqué « mamie Gord » pour une juvénile Renault 11 Turbo de 1985 toute blanche, immaculée, avec son bandeau jaune & noir, comme pour être transcendée par le Stade Rochelais. Aux mains d’un garçon si calme d’extérieur et si gentil, la 11 « fichue caractère » forte de ses 180 cv, s’est parée de sa robe de mariée, pour ce qui sera son dernier rallye charentais.

En ce 18 octobre 2014, les routes aunisiennes sont sèches, archi sèches. Olivier peut s'en donner à coeur joie au volant de sa R11 Turbo réputée pour son fort caractère. En bagarre jusqu'au bout, il terminera 7ème du scratch !... - (cliché Rudy Méreau)

 

Pour espérer un top 10, il va falloir jouer avec (ou plutôt contre) les DEPONS, EOUZAN, BAILLIERE, TEXIER, LEVASSEUR, DELAPORTE, etc... en se répétant à l’envie que s’il finissait premier derrière ces gars là, il aurait gagné !... à défaut d’avoir été le meilleur, ni le plus musclé. Sans rien lâcher, Olivier & Philippe vont signer une sacrée perf, se hissant à la 7ème place du scratch, quand d’autres costauds, autrement armés, se sont noyés en cours de route, emportés par la marée.

A l’entame de la saison 2015, le pilote PONTHIEU s’attaque à du lourd, certainement en recherche de chevaux. Il court sur une Porsche Cayman S, avec plus de 300 cv sous le pied droit. Ses trois dernières saisons seront ponctuées d’une vingtaine de rallyes et de nombreuses fortes et belles sensations ; Mont-Blanc-Morzine, Lyon-Charbonnières, Le Touquet, le Critérium des Cévennes, Antibes, etc...

De 2015 à 2017, Olivier aura fait le grand saut en s'attaquant à la catégorie des GT10, au volant de cette Porsche Cayman S sur les routes des plus grands rallyes nationaux et internationaux... - (cliché Johan Dubee)

 

Visiblement loin d’une ambiance de noces, et le sait-il déjà, un tout autre combat, ponctué d’épreuves tout autrement spéciales, l’attendait ailleurs sur un autre terrain moins à sa convenance, pour une lutte qui s’annoncera à la fois longue et par trop inégale...

Voilà quel pourrait être le résumé du parcours auto de l’ami Olivier et de ses délicieux détours par chez nous. A chacun des rallyes que l’on organisait, on espérait que tu sois là... Tu vas nous manquer, à nous qui te suivions de loin certes, mais si régulièrement. En ces instants douloureux, nous avons une pensée affectueuse pour ta coéquipière préférée, ta complice sportive, Margaux. Avec elle, nous te pleurons.

Finale 2014, sur le port des Minimes à La Rochelle - Olivier vient d'en terminer de cette Finale épuisante. Moment d'intense satisfaction mais aussi de décompression, de soulagement... Moment aussi pour retrouver son ami Jean-Roch LEBOSSE. Comme on le sait le sport auto est avant tout une affaire d'hommes... - (cliché Jérôme Lemasson)

 

Qui nous aurait dit alors, au lendemain de cette Finale 2014 que ta 11 toute blanche, dans sa robe turbocompressée, se transformerait si tôt en un linceul silencieux... Ton turbo a bien trop vite lâché, tous comme les nombreux chevaux de ta Porsche, ta dernière auto. Merci d’avoir été des nôtres, Olivier, d’avoir été ce type sympa avec lequel tout était si simple. Le Sport Automobile Océan est aujourd’hui orphelin de toi.  RIP, Olivier.

                                                                                                                                      Patrick GUERIN – SAO – 1er juin 2020

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23