logo

IGOL-150-haut

leclerc-auto-150

groupe-barbier-150-haut

35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
Rallye du Printemps de Bords
SAO_3
Classic Charente Maritime
SAO_4
Rallye d'automne
SAO_5

Cette 9ème édition VHC du Printemps de Bords restera dans les annales et ce pour plusieurs raisons. Par son plateau exceptionnel tout d’abord, qui, avec 21 autos sur la ligne de départ, battait le record de participation à Bords ; par son plateau encore avec des autos magnifiques, certaines d’entre elles faisant ici leur toute première apparition en VH. Il n’aura échappé à personne par ailleurs que 4 bordelais nous auront rejoints, suite au report du Bordeaux Aquitaine Classic 2017 ; l’occasion pour nous de remercier ici Bernard DEES, David CASTERA, Jacques SUIRE et Frédéric SERVANT.

Dans le sillage de Bernard DEES (Talbot Sunbeam Lotus), 4 équipages girondins étaient là, suite au report du  Bordeaux Aquitaine Classic 2017. Merci ,Messieurs, pour votre présence !...

Des autos exceptionnelles, oui !... Qui ne sera pas réjoui d’admirer les Ford Escort Rs de Philippe ANCELIN, d’Henri COUILLAUD ou d’Arthur DE SOUSA ?... Qui n’aura pas badé devant les rutilantes Alpine A310 de Bruno MAINGUET et de Jacques SUIRE ?... Et quel aura été notre plaisir de revoir les mythiques et rarissimes R12 Gordini de Pascal PHELIPPEAU, l’Opel ASCONA d’Olivier PARANTHOEN ou encore la Lancia Fulvia 1300S Rallye de Bertrand DAMY ?...

Après 32 ans d'abstinence totale, l'équipage Olivier PARANTHOEN / Jean-Claude PLOQUIN reprenait la compétition... mais restait fidèle à la mythique Opel Ascona, ce après un Rallye des 1000 Pistes 1976 couru sur une auto identique...

En terme de participation, le véritable scoop tenait en la toute première apparition en course d’autos des années 1982-1990, éligibles VHC depuis début 2017 (et constituant les nouveaux groupes J1 et J2). Ainsi nouvelle venue dans le paddock historique, la Ford Sierra Cosworth 4 roues motrices de David & Arnaud CASTERA faisait figure d’épouvantail pour les favoris déclarés, habitués à en découdre ensemble. Et ils allaient avoir raison, même si David nous avouait son inexpérience et ses manques de repères avec l’auto.

En découverte réciproque auto / équipage, David & Arnaud CASTERA étaient là pour s'essayer avec une Ford Sierra Cosworth de 1990, toute nouvelle auto qualifiée parmi les VHC... 3èmes ce dimanche, ils seront rapidement très compétitifs pour un scratch...

Cette édition 2017 restera également gravée dans nos mémoires pour le scénario et le formidable suspens que les leaders nous ont offerts. D’entrée, le décor était planté, chacun des prétendants marquant son territoire. Le bizuth du VH mais aussi régional de l’étape, Arthur DE SOUSA, marquait les esprits en signant le premier top chrono sur Romegoux. Il était suivi de Bruno MAINGUET (à 1s2) et de David CASTERA (à 4s3). Déjà loin du trio de tête, Jacques SUIRE, 4ème, était relégué à 16s8. En fin de peloton, Patrice RAULT semblait pour sa part s’être arrêté pour cueillir un bouquet de fleurs des champs à sa charmante coéquipière, Marie GIRARD (plus de 7 minutes concédées !).

Toujours en famille, les DE SOUSA, Arthur & Julie, ont régalé dans leur jardin de Bords. Si l'auto fut irréproochable, le pilotage du nouveau VHChiste Arthur fut diabolique d'efficacité. Il parait que sa fille Julie en redemande...

L’ES2 venait conforter la composition de notre « tête de classe », mais cette fois, c’est Bruno qui prenait le meilleur sur Arthur (- 5s7). La Sierra Cosworth qui découvrait nos routes faisait de la résistance (3ème, à 7s5). En fond de grille, c’était cette fois les 89 chevaux de la petite Lancia de Bertrand & Marie-Hélène (moteur de 1 298 cm3) qui montraient leurs limites (2’12s 5 lâchées sur « Bords nord 1 »).

Eux se connaissaient parfaitement, mais ni l'A310 ni son équipage ne seront parvenus à contenir les assauts répétés d'Arthur. Bruno MAINGUET & James CARABEAU devront lâcher la pôle pour 8s1 seulement...

Puis venait l'heure de souffler un peu, avec le premier regroupement sur la Place Marc TRANQUARD. Engagés dans un formidable duel à coups de dixièmes, les deux leaders n’en devisaient pas moins en toute amitié et décontraction (apparente !) devant la porte de l’église St-Vivien. Le rire et le respect mutuel présidaient aux débats. C’était sympa et dans un état d'esprit remarquable ! Le chassé-croisé se poursuivait de plus belle. Dans l’ES3, Arthur rappelait à chacun sa parfaite connaissance du terrain et de chaque brin d’herbe. Et si le compétiteur dans l’âme qu’il est court très peu depuis quelques années, notre homme pilote toujours aussi bien !  A contre coeur, Bruno lui lâchait 2s8 mais conservait la pôle du Printemps, à mi-parcours, pour 1s7 !... Acculé dans les cordes, la Sierra 4x4 pointait déjà à 12s1 du leader, mais s’évertuait déjà à conforter sa place de 3 sur le podium. C’était dantesque ; on se régalait, on en redemandait encore...

Dans un combat acharné pour la 4ème place, Jacques SUIRE & Eric CANAC auront tenue tête jusqu'au bout (6èmes à 2'03s4). La seconde A310 du plateau se sera elle aussi brillamment comportée.

Au terme de l’ES4, on pensait bien que Bruno MAINGUET & James CARABEAU avaient définitivement posé leur patte sur l’épreuve. Arthur & Julie venaient de concéder 1s6 supplémentaire et se voyaient repoussés à 3s3 au général. C’était peu et beaucoup à la fois. En ressortant du second regroupement, Bruno se montrait confiant, à défaut d’être totalement serein… Et il y avait de quoi…

Henri COUILLAUD qui était associée à une Sylvie SERVIER revenante, avait pourtant beaucoup travaillé cet hiver sur sa Ford Escort MK1 RS 2000. Un ennui mécanique en toute fin de rallye allait néanmoins les priver du plaisir de finir... Rageant !

A l’amorce de la dernière boucle, tout restait possible pour les deux équipages. L’élément nouveau était que maintenant, Arthur maitrisait quasi parfaitement la motricité d’une auto qu’il avait découverte le matin même (une auto prêtée par l’ami Philippe ANCELIN). Résolument à l’attaque, il tapait le meilleur chrono du jour sur Romegoux (ES5), l’améliorant de plus de 4s, en passant sous les 4 minutes (3’53s6) !... Il venait de mettre la barre très très haute… Aux taquets lui aussi, Bruno ne parvenait pas à améliorer son temps de référence, son V6 venait de donner tout ce qu'il avait dans le ventre mais devait céder le pouvoir au roi Arthur. Le seigneur Bruno capiulait et mettait cette fois un genou à terre, celui de la défaite…

Pour leur plaisir, mais aussi pour le notre, Pascal & Floriane PHELIPPEAU ont ressorti la mythique R12 Gordini avac laquelle Olivier & Margaux PONTHIEU avaient remporté la Coupe de France VHC 2012, catégorie 2. Respect, Madame la championne !...

Reprendre 4s6 dans la dernière ES relevait de l’impossible pour l’A310 jaune… C’était au contraire l’Escort 1600 Rs bleue ciel qui enfonçait le clou en signant le meilleur temps de l’ES6, repoussant Bruno et James à 3s8 supplémentaires. Arthur venait de montrer qu’il était le plus fort sur ce 9ème Printemps VHC, en s’imposant au final avec 8s1, un souffle d’écart, mais un gouffre par rapport à l’âpreté du duel livré depuis l’aube… Loin derrière et résigné à une méritoire 3ème place (mais à 53s9 tout de même), David & Arnaud CASTERA ne devaient pas regretter d’être venus jusqu'à Bords ; ils y cueillaient un podium et repartaient riches de plein d’enseignements sur leur auto… Sûr qu’ils viseront autre chose la prochaine fois...

Bien qu'engagé en Classic, Pierrick CHAUVEL & Christophe DROUAUD ne se seront pas privés de se mesurer aux meilleurs VHC. 4èmes au scratch général (outes catégories confondues), ils s'imposaient haut la main chez les Classic.

Pierrick CHAUVEL & Christophe DROUAUD (Porsche 911 Sc) restaient quant à eux au pied de la boite (tous classements confondus), 4èmes à 1’59s8, mais  remportaient la catégorie Classic devant Christian & Céline LONGÉ, sur BMW 323i. 17èmes et bons derniers (à 12’26s du vainqueur), Bertrand & Marie-Hélène DAMY, ne partageaient pas moins la joie de tous ceux (ils étaient 17 sur 21) qui vivaient le bonheur d’être à l’arrivée de cette sortie printanière aussi rapide que sèche.

Créateur d'ambiance mais aussi fidèle partenaire du Printemps de Bords, Claude PILET se fit gentiment taquiner après avoir fauché un peu d'herbe sur ses routes cantonales...

Seuls 4 pilotes manquaient à l’appel chez GRANDON : Romain GUILLON (BMW 323i), Alain RIVAUD (205 GTI), Henri COUILLAUD (encore en bagarre en Classic après l’ES5, à moins de 7s de Pierrick CHAUVEL). Manquait également celui qui aura certainement été le plus frustré de tous, pour ne pas avoir eu le temps de disputer le moindre chrono, Philippe ANCELIN. Son Escort l’avait trahi avant même l’heure de la messe. De retour au sein du public, il voyait sa déception largement compensée par la victoire de son copain Arthur et de sa seconde voiture, un Arthur DE SOUSA qui avait ajouté à la compétitivité de l'Escort Rs 1600, sa virtuosité du pilotage. Papy Arthur n’a décidément rien perdu de son prodigieux coup de volant !...

Mythique par les souvenirs qu'elle évoque, mais petite cylindrée, la Lancia Fulvia 1300S Rallye des DAMY laissa admirer ses formes. Ils termineront bons derniers, mais peu leur importait ; Bertrand & Marie-Hélène étaient trop heureux d'être à l'arrivée...

Pour l’anecdote, nous aurons relevé combien Monsieur le Maire de Puy-du-Lac se sera évertué à élargir les petites routes de son canton. Nous surprîmes en effet Claude PILET d'avoir prélevé, à l’insu de son plein gré, quelques touffes d’herbe et autres mottes de terre. S’il ne s’en vanta pas, c’est bien son bas de caisse qui le dénonça…

Suivie par un large public, très familial, tant sur les ES qu’au cœur du village, ce Printemps 2017 inondé de soleil (mais sans grosse chaleur) venait de ravir tous les acteurs présents. Oui, ce sont bien les absents qui auront eu tord de ne point être de la fête borniquaise…

Entourés de Jérôme PIQUENOT, Président du SAO, et de Jean-Pierre ROCHER, indéboulonnable pilier de l'ASA, le Comité des Fêtes de Bords était à nouveau là, pour assurer le service aux officiels et organisateurs. Sans eux, il n'y aurait point de Printemps. Immense merci, les amis !

La réussite d’une manifestation est toujours le fruit d’un travail collectif, de l’addition de démarches officielles et de tâches obscures, souvent ingrates. Elle repose souvent sur l’implication discrète mais oh combien efficace de bénévoles, de ceux que l’on pourrait qualifier de « Facteurs X », ces femmes et ces hommes de l’ombre qui sont tout autant invisibles qu’indispensables… Au premier de ces anonymes serviteurs, dont nous ne connaissons même pas toujours le prénom, figure l’équipe du Comité des Fêtes de Bords. Autour de Jean-Pierre LOUYOT, l’indestructible pilier du groupe, les badges jaunes ont assuré maintes tâches, souvent autour de la restauration, mais pas que. En leur exprimant ici toute notre reconnaissance et notre gratitude pour leur fidélité vieille de plus de 20 ans, on se souviendra qu’il ne manquait à son collectif 2017 soudé et chaleureux que Maman Josette, son emblématique majordome disparue début juin 2016, au cœur du printemps passé… Tout comme Marc TRANQUARD, Josette fut dans nos pensées affectueuses ce dimanche.

Les vainqueurs sur le podium d'arrivée (de G à D) : Jérémy BRISSIAUD (Fun Méca Sport), Julie & Arthur DE SOUSA, Philippe ANCELIN (propriétaire de l'auto)

 

Sur la place du village, la tradition était respectée. Aspergés de pétillant, les vainqueurs posaient pour la postérité. De G à D : Bruno MAINGUET/James CARABEAU (2èmes) - Arthur & Julie DE SOUSA (1ers) - David & Arnaud CASTERA (3èmes).

Ainsi, il y a ceux qui partent… mais aussi ceux qui arrivent. Si la présente édition était la toute première pilotée par notre nouveau Président, Jérôme PIQUENOT, élu pour 4 ans (minimum), le millésime 2018 de l’épreuve pourrait s’enrichir d’une belle innovation… Le Sport Auto Océan mène en effet une réflexion sur une diversification élargie de ses organisations… en direction d’une autre discipline historique. Rien n’est encore acté, mais nous avons de bonnes raisons de penser qu’après une nécessaire période de prise en mains de l’ASA, Jérôme aimerait bientôt offrir au public comme à ses pratiquants inconditionnels le tout 1er Printemps de Bords VHRS*… Mais chut, je ne vous ai rien dit !… Humm… sur ce coup-là, il va me gronder…

                                                                                                                                     Patrick GUERIN – SAO – Jeudi 18 mai 2017

 

*  VHRS : Le rallye de régularité VHRS (Véhicule Historique de Régularité Sportive) est une compétition de nature touristique où la vitesse maximale n’est pas le critère pour s’imposer. Différentes catégories de moyennes (vitesse) sont proposées aux concurrents ; haute, intermédiaire ou basse, chaque équipage devant choisir celle dans laquelle il souhaite concourir, mais sans toutefois en connaitre la valeur précise avant le départ (qui sera fixée par l’organisateur). L’équipement des autos est bien moindre que pour celles courant en VHC.

Ce type de compétition se pratique sur routes fermées (Tests de Régularité) et se trouve obligatoirement en doublure d’un rallye VHC. L’objectif est de parcourir un TR (test de régularité) dans un temps imparti, à une moyenne régulièrement maitrisée. Différents points de contrôle (chronométrages secrets) sont placés tout au long du parcours afin de mesurer le respect ou non de la moyenne impartie par le concurrent. Les écarts (avance ou retard) sont sanctionnés par des secondes et/ou minutes de pénalités selon un barème établi et connu des concurrents. Est déclaré vainqueur l’équipage comptant le moins de pénalités.

 

 

 

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23