logo

IGOL-150-haut

leclerc-auto-150

groupe-barbier-150-haut

35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
Rallye d'automne
SAO_5

La fête promise pour ce 6ème Classic Charente-Maritime aura été totale !  Les 54 équipages engagés (51 voitures thermiques + 3 voitures à énergies nouvelles) étaient tous là, bien présents sur la ligne de départ. Le plateau, exposé devant l’Espace culturel Beauséjour était somptueux. Les quelques craintes que la météo avait laissé planer la veille se révélèrent très vite infondées, puisqu’un grand beau soleil allait inonder de sa douceur les 200 km de la 1ère étape du samedi, avant que dimanche matin un ciel gris mais sans pluie préserve nos équipages non capotés (tel Michel & Marie-Noëlle TEXIER sur leur AC Cobra Pilgrim) de la moindre goutte.

Toujours décapotée, l'AC Cobra Pilgrim (de 1975) de Michel & Marie-Noëlle TEXIER aura été épargnée par la pluie (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Si les 100 km de l’étape 2 parcourus sous la grisaille se seront révélés piégeux et parfois compliqués, ils eurent aussi un délicieux goût de miel grâce au formidable accueil que les Ruchers du Gué, en la personne de Jean-François CRETET, auront réservé aux concurrents comme aux officiels. Si ce temps de regroupement fut assez court, il sut se faire chaleureux, festif, gourmand, incroyablement gourmet…

l'évidence, les 4700 cm3 de la Ford Mustang (de 1967) de Frédéric MASSE / Philippe GALLIEN n'eurent pas l'occasion de s'exprimer. La Régularité imposée freina les chevaux... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Entrecoupée de petites poses savoureuses dénichées par l’épicurien Jean-Pierre ROCHER, la compétition aura été passionnante et particulièrement indécise jusqu’à son terme. Si certains des favoris furent bien au rendez-vous et à la hauteur de leurs ambitions, d’autres se « plantèrent » copieusement, se livrant même pour certains à quelques travaux de « jardinage » dont ils étaient jusque là fort peu coutumiers…

Chaque année, grâce à leur fidélité, Michel & Alexandre BOURDEAU nous offrent le même bonheur ; celui de pouvoir admirer leur magnifique et rarissime CG Coupé 1300 (de 1973). La petite auto verte ne fut pas la dernière à aller jardiner...  (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Mais la plus belle des réussites, largement partagée entre tous y compris avec le public, aura été l’extrême convivialité si chère à l’équipe bénévole du SAO. Omniprésente durant ces 2 jours de compétition, elle aura mis un peu d'huile dans les éternels petits grincements d’ordre technique que certains équipages parviennent toujours à trouver ; cela aussi fait partie de la douce passion automobile...

Pour leur 1ère participation, Gabrielle & Arnaud DOUBLET (Alfetta GTV 2000) se montrèrent à leur avantage, virant en tête au soir de l'étape 1. L'auto porte encore les marques de sa participation au Monte-Carle Historique. (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Bien que soigneusement préparée, l’édition 2017 aura eu, comme ses devancières, son lot d’imprévus et d’anecdotes croustillantes… A titre d’exemple, nous citerons ce treuillage de parapentes organisé à la fois dans un champ en jachère mais aussi sur un chemin de campagne, dans la vallée de l’Arnoult… Après avoir informé les autorités locales de leur session, nos amis aux ailes volantes empruntaient ce samedi un tronçon… qui était mentionné sur notre road-book !... Si les 3 ou 4 premières autos purent passer sans encombre, nombreuses furent celles qui se retrouvèrent bloquées. Les vents si propices aux hommes de l’air en ce samedi s’étaient soudainement faits contraires à nos autos… Dans la plus parfaite des cohabitations entre sportifs, on laissa le « zeff » s’engouffrer davantage encore dans leurs voiles, pendant que notre Direction de course procédait illico à l’annulation de cette ZR (zone de régularité) tracée du côté de Ste-Gemme.

Dominique & Patrick AGRANIER devant notre partenaire A.R.SPORT pendant les vérifications techniques (cliché Michael Lardeux SAO - Photos Classic Atlantic)

 

Au rayon des anecdotes, on retiendra les propos amusés de quelques pilotes à l’arrivée. Au volant de voitures particulièrement basses (telles les Alpine Renault), ils nous avouèrent avoir parfois servi de tondeuse à gazon, nettoyant sur leur passage quelques portions herbeuses de petits routins d’ordinaire peu empruntés… Certains bas de caisse auraient, semble t-il, été particulièrement bien polis et lustrés, sans avoir toutefois été endommagés.

Au nombre des autos très basses, l'Alpine A 110 de Christophe MILLET & Marie-Agnès CAUDOUX fut de celles qui "tondèrent" la pelouse sur les chemins herbeux de la vallée de l'Arnoult... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Enfin, si la « Régul » se veut être une discipline particulièrement rigoureuse, il peut ci ou là y avoir place pour un brin de fantaisie et d’humour, l’essentiel restant toujours de faire les choses sérieusement sans trop se prendre au sérieux… Pour preuve, sur le front de mer de Châtelaillon-Plage, les 51 équipages rescapés passèrent par un tout dernier CH (contrôle horaire) pour le moins insolite ; Laurinda MARTINS, notre  commissaire sportif, s’était muée en plagiste pour le moins très olé olé, tout en gardant un œil attentif sur sa pendule de pointage…

Non, il ne s'agissait pas d'un "Père Cent" lycéen... Sur l'ultime CH, le Commissaire sportif Laurinda MARTINS usa de quelques facéties lors du pointage du fidèle Jean-Marie CAROF (navigué par sa fille Anne-Claire)... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Ce petit brin de fantaisie permit d’adoucir quelques petits grincements entendus suite à des imprécisions relevées sur le road-book. Parmi les nombreux copilotes admettant sans détour leurs erreurs de navigation, il en est 2 ou 3 qui imputèrent certain de leurs égarements et travaux de jardinage aux inexactitudes du « fléché-métré » proposé. A quand et par quel organisateur un road-book absolument parfait et précis au centimètre près ?... Je vous l'demande...

Dans cette petite bombe italienne toute jaune (Fiat 500 Abarth), on eut le plaisir d'accueillir un nouvel équipage, féminin de surcroit ; Muriel ALMENDROS et Martine DORE... qui termineront 18èmes. (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Mais revenons au déroulement sportif de cette édition 2017. Du côté des hybrides (que l’on doit désormais dénommer « voitures à énergies nouvelles »), il n’y eut point de surprise. Le jeune Simon BOUIN (13 ans), déjà vainqueur l’an dernier, confirmait toute la virtuosité de sa navigation intuitive en conduisant papa Loïc vers un doublé inespéré !... Ce n’était point là la chance qui triomphait, mais bien la jeunesse et le talent à l’état brut du jeune garçon. La fiabilité silencieuse de leur Toyota Prius venait de parachever une victoire familiale nette et sans bavure. Les 3 autos hybrides présentes au départ, toutes prêtées par des concessionnaires locaux partenaires du Sport Auto Océan, étaient à l’arrivée. Grand merci à eux !...

Aux côtés de François MONATH, Commissaire FIA, on retrouve le podium "Energies nouvelles" 2017 : (de GàD) Nathalie & Patrice RAUD (3èmes), Loïc & Simon BOUIN (1ers), Roselyne GARANDEAU / Benoit DELON(2èmes). (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Pour les 51 équipages en "Classic thermique", qui au sortir du briefing matinal affirmaient avoir tout compris des règles de pointage et des pénalités encourues, il convenait d’être perspicace et adroit dans l’appropriation d’un road-book qui pouvait, de l’aveu même de Jean-Pierre ROCHER, présenter de menues distorsions dans le calcul de certains métrés.

Comme pour prouver que la "Régul" est ouverte à toutes les autos (sous réserve d'avoir au moins 15 ans d'âge), Guillaume & Valérie DELATTRE firent sensation en s'alignant avec leur Renault R4 millésimée 1984 !... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Tout en admettant l’idée de pouvoir se retrouver exposée à quelques aléas ou obstacles inattendus, la quinzaine d’équipages venue bien plus pour gagner que pour jouer, allait devoir faire preuve de rigueur et de précision pour espérer s’imposer. Pour les 35 autres, l’essentiel était ailleurs ; leur urgence absolue était de bien s’amuser et de passer un bon moment en famille ou entre copains. Ils étaient là pour nous rappeler que le plaisir automobile peut se décliner à tous les temps, en s’affranchissant parfois bien volontiers des secondes et des pénalités…

Récidivistes et toujours aussi souriantes et décontractées, Sandrine & Margaux BATS firent à nouveau le show avec leur 2cv Citroën quadragénère (1976)... Porteuse du n° 51, Sandrine s'offrit un apéritif anisé à l'heure des agapes finales !... cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Au soir de la 1ère étape courue du côté de Soubise, Pont-l’Abbé d’Arnoult et Trizay, les « belles italiennes » menaient la danse. L’Alfa Roméo d’Arnaud & Gabrielle DOUBLET ne comptait que 32 points de « péna », 5 petits points devant celle de Patrice MAZALEYRAT & Thibaut BATS. Si l’on n’était guère surpris de retrouver Thibaut à si bonne place, notre étonnement fut en revanche total de voir les LASSAUX père et fils pointer en 34ème position !...

Autre attraction régulièrement présente sur l'épreuve chatelaillonnaise, la petite Sunbeam Chamois II  (de 1969) de la famille LASSAUX. Totalement hors du coup le samedi, le fiston Jean-Baptiste priva papa Jean-François de tout espoir de victoire... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Souvenons-nous qu’ensemble, ils s’étaient imposés ici même en 2014, avant de signer 2 podiums consécutifs en 2015 et 2016 !... Au terme de l’étape 1, Jean-Baptiste nous avouait avoir commis des erreurs inhabituelles, confessant même son incapacité à « se mettre vraiment dedans », un manque de concentration inexplicable et inexpliqué… La sanction s’était faite immédiate pour eux, avec 422 points de pénalité déjà entassés dans le coffre de leur petite Sunbeam Chamois (de 1969). Auteur d’une bien meilleure navigation le dimanche matin, Jean-Baptiste offrait à son père une belle remontée et une 28ème place au général… Nul doute qu’ils reviendront l’an prochain avec l’envie de prendre une revanche sur eux-mêmes.

Déjà 4 fois présent, Gaétan TARDY revenait une nouvelle fois avec sa Ford Capri 2600 RS (de 1972) et signait un nouveau Top 10 avec son copilote, Dominique POIS. (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Cette seconde étape de 100 km allait être riche en surprises et rebondissements, au point de bouleverser la hiérarchie établie la veille. A l’évidence, la pose gourmande au Gué d’Alleré n’aura pas eu un arrière-goût de miel pour tous nos équipages, certains s'offrant bien involontairement quelques menus travaux de jardinage, générateurs de pénalités.

Cyril DAGUZE nous fait l'amitié de revenir lui aussi chaque année sur l'épreuve, mais avec une nouvelle auto. Il pilotait cette fois une puissante Chevrolet Camaro de 1979. Porteurs avec Yann DUPE du n° 14, ils finiront 14èmes !... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

A l’heure des récompenses en l’Espace Beauséjour, le jeune Maël ROUSSEL, 16 ans, bien qu’affichant une bien plus grande assurance que l’an dernier, admettait n’avoir pas aussi bien navigué. 8ème samedi soir, le lycéen améliorait ensuite sa copie pour signer au final une 5ème place qui ne l’aura certainement pas totalement satisfait ; pour le doublé rêvé, c’était raté !

Le podium Régularité 2017 : (de GàD) Patrick & Dominique AGRANIER (2èmes), Martine & Yannick DESCHAMPS (1ers), Jean-Michel ARNAUDON & Richard BOINOT (3èmes). (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

A défaut de « poker-menteur » nous aurons eu nos « jokers-menteurs » avec Dominique et Patrick AGRANIER (Porsche 911 Carrera 3,2l). Tous deux clâmaient haut et fort se présenter au départ de cette édition 2017 sans prétentions et en toute décontraction, juste là pour s’amuser… C’était bien mal connaitre ce couple fidèle de l’épreuve et déjà victorieux en 2015 !... Comment ne pas se souvenir qu’ils ont ici toujours terminé dans le top 10 mais aussi brillé sur le Classic Val de Sèvres de nos amis niortais ?…

Lors de cette édition 2017, les membres du SAO vécurent avec grande joie le retour à la "compète" de Monsieur le charcutier de Tonnay-Boutonne et serviteur du Rallye d'Automne, Sébastien CALLAUD, sur sa Subaru Impreza. Copiloté par Mickael ROBIN, il termina à une très honorable 20ème place. (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Discrets et sans faire de bruit, ils allaient se montrer excellents aussi bien le samedi (3èmes) que le dimanche, n’échouant à un second triomphe que pour 4 petits points... C’est un autre couple qui les grillait sur le fil et s’imposait sur ce 6ème Classic Charente-Maritime, après une longue impasse de 3 ans (2014, 2015 et 2016). Avec une nouvelle auto (une Mazda MX5 de 1991), ils revenaient en se montrant bien meilleurs encore.

Toujours placés (2 fois 3èmes) mais jamais vainqueurs, Yannick & Martine DESCHAMPS revenaient sur une nouvelle auto (une Mazda MX5 de 1991. Retour gagnant pour le sympathique couple venu de Fontenay-le-Comte. (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17) 

 

Martine et Yannick DESCHAMPS qui étaient déjà monté sur le podium en 2012 et 2013 (3èmes) allaient rappeler à tous leur expérience et leur parfaite complicité dans l’auto, en réalisant une navigation quasi-parfaite, ne concédant au final que 53 points. Ils s’offraient là un magistral retour gagnant !… 3èmes pour leur 3ème participation, les deux-sévriens Jean-Michel ARNAUDON et Richard BOINOT (Porsche 993) complétaient ce podium Régularité 2017.

Parmi les petits bonheurs offerts par les concurrents, on redécouvrit avec ravissement toute l'élégance de cette MG B 1800 (de 1970) grâce à l'un de nos équipages "bizuths", Véronique & Christophe MIGAUD. 33èmes au terme de leur tout premier "Régul", ils avaient mérité une bonne mousse... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

Aux félicitations adressées aux vainqueurs s’ajoutaient les remerciements chaleureux des officiels et des concurrents aux nombreux bénévoles du Sport Auto Océan et de l’ARVA (Amicale Rochelaise de Véhicules Anciens), ces « forces obscures » sans lesquelles cette belle fête du Sport Auto n’aurait pas eu lieu. Stéphane VILLAIN, représentant le Département et la Ville de Châtelaillon-Plage ne fut pas en reste, soulignant le rôle essentiel des ces travailleurs de l’ombre qui font toute la richesse du tissu associatif.

Toujours aussi discret que présent et indifférent au classement final, Cyril CAILLE disputait là son 6ème Classic Charente-Maritime !... Grand merci à lui pour sa fidélité. Copiloté par Benoit COURAUD, il terminait à la 34ème place... (cliché Odette HUET - L'Hebdo-17)

 

En terme de participation, chacun aura noté la présence de 20 nouveaux équipages, tous ces « débutants » traduisant à la fois la belle santé de l’épreuve et surtout l’engouement croissant des passionnés d’automobile pour ce type de compétition pratiqué tout en douceur et en retenue, en vitesse maitrisée.

Comment mieux servir les propos de Stéphane VILLAIN que d'honorer les bénévoles du SAO et de l'ARVA à l'issue de la remise des prix ?... Après cette belle "photo de famille", chacun se donna rendez-vous à l'année prochaine... (cliché Michael Lardeux SAO - Photos Classic Atlantic)

 

Avant de vous donner rendez-vous pour une 7ème édition (prévue pour les 1er & 2 septembre 2018), saluons la fidélité de ceux qui par leur 6ème participation consécutive auront manifesté leur attachement à ce Classic et à la station balnéaire de Châtelaillon-Plage : Dominique & Patrick AGRANIER, Michel & Alexandre BOURDEAU (CG coupé 1300), Cyrille CAILLÉ (Peugeot 205 GTI) et Jean-Marie CAROF (BMW 323i).  A tous, nous disons « A l’année prochaine, en toute Régularité, bien sûr !... »

                                                                                                       Patrick GUERIN – SAO – samedi 9 septembre 2017

                                        Reportages photos : Odette HUET – "L’Hebdo-17"  &  Michael Lardeux "SAO - Photos Classic Atlantic"

 

Le 6ème Classic Charente-Maritime ; le sport auto à vitesse maîtrisée sur un parcours entièrement renouvelé…

Séduisante à bien des égards, la pratique du sport auto façon Régularité, c'est-à-dire à vitesse maîtrisée, gagne peu à peu ses lettres de noblesse et rassemble de plus en plus d’adeptes. Bien conscient de cet engouement croissant, le Sport Auto Océan entend bien pérenniser le Classic Charente-Maritime, un rallye tout en douceur et en navigation qui connaitra sa 6ème édition les 2 & 3 septembre prochains.

A l’enthousiasme de l’organisateur s’ajoute la volonté réaffirmée de la station balnéaire de Châtelaillon-Plage, de voir cette compétition « pas comme les autres » s’ancrer durablement sur ses terres, face à l’océan.


Quel plus bel écrin pourrait en effet accueillir cette épreuve de Régularité Historique ? Depuis 6 ans maintenant, chaque premier week-end de septembre, l’Espace culturel Beauséjour nous ouvre ses portes en grand et devient notre quartier général (formalités administratives, parc de regroupement et remise des prix) et le mythique front de mer ensoleillé châtelaillonnais sait mettre en beauté nos départs et arrivées.

Disposant à nouveau de ces magnifiques infrastructures, l’équipe régularité SAO, le « boss de la Régul », va une nouvelle fois mettre les petits plats dans les grands et offrir aux concurrents de cette édition 2017 un parcours totalement inédit… avec une navigation volontairement simplifiée. Ce Classic ne se veut pas une épreuve de championnat du monde, truffée de pièges et répondant aux exigences des maîtres de la discipline ; il tient avant tout à attirer les néophytes, à initier de nouveaux pratiquants, tout en permettant aux concurrents avertis de bien s’amuser… et de « jardiner » parfois…


Souvenons-nous que l’an dernier, ce sont de très jeunes navigateurs, des adolescents, qui ont « fait la pige » aux grands !... Sur la ligne de départ 2017 un « road book fléché » ne présentant pas de difficultés particulières de navigation sera remis aux équipages. Les moyennes ainsi que les temps impartis pour chaque zone ou secteur seront indiqués (sur chaque case).

Côté parcours, désireux d’éviter toute impression de routine ou de lassitude, Jean-Pierre ROCHER et Jean-Luc PHELIPEAU embarqueront les concurrents vers de nouveaux horizons, pour aller à la rencontre de nouveaux sites de Charente-Maritime. Le samedi, direction sud, à la découverte des marais, des "mottes", des sous bois… avec en toile de fond une évocation non feinte d’ancestraux tronçons du Rallye d'Automne ; souvenirs, souvenirs…

Le dimanche matin, le départ sera donné à Surgères pour s’en aller dénicher quelques autres petits coins cachés de notre Aunis… une seconde étape qui sera ponctuée d’une pause sympathique mais aussi gourmande et sucrée aux Ruchers du Gué.

 

Pour revenir aux autos elles-mêmes, toutes âgées d’au moins 15 ans et dont le nombre sera limité à 50, les vérifications administratives et techniques d’avant départ se feront à Aytré, chez A.R.Sport. A n’en pas douter, de somptueuses automobiles d’hier s’y retrouveront… Souvenons-nous des plateaux précédents, où une De La Chapelle Bugatti rivalisait d’élégance avec une AC Cobra, une Ford Mustang, une Lotus Elan, une CG 1300 coupé, une Triumph Herald ou encore avec une Porsche 356…

Mais des « petites » autos seront bien présentes elles aussi !... Le 850 cm3 de la Sunbeam Chamois  des LASSAUX père & fils aura ainsi toutes ses chances face aux 300 cv de certaines Porsche ou à l’agilité légendaire des Alpines Renault, toutes contraintes de rouler régulièrement, à l’encontre de leur nature… Ainsi l’an dernier, la 2 cv Citroën de Mesdames BATS avait très dignement rallié l’arrivée, sans la moindre surchauffe, terminant plutôt bien classée…

Aux côtés de ce paddock de sixties et de seventies, trouveront place quelques autos d’avant-garde, dites à énergies nouvelles. Electriques ou le plus souvent équipées de moteurs hybrides, ces voitures d’aujourd’hui et de demain en découdront entre elles, silencieusement, dans un classement spécifique. Pour espérer bien figurer, elles devront être en capacité de parcourir, sans la moindre recharge en cours de route, les 200 km de la longue étape du samedi (sans compter les km supplémentaires qui pourraient s’y ajouter en cas d’erreurs de navigation !…).

D’hier ou de demain, à moteur thermique, électrique ou hybride, mythiques ou de légende, puissantes ou poussives, populaires ou luxueuses, fermées ou décapotées, toutes les autos seront les bienvenues sur le 6ème Classic Charente-Maritime de Régularité pour illuminer à  nouveau le front de mer de Châtelaillon-Plage, le samedi 2 septembre à partir de 14h15… Nous, nous y serons rien que pour en prendre plein les yeux, loin de tout rugissement...

Vous n’avez jamais fait de Régularité ?... Laissez-vous tenter, « engagez-vous et vous verrez du pays », celui de notre bel Aunis !... Pour les néophytes, une session d'initiation à la navigation routière vous sera offerte, le samedi 10 juin. Les pré-engagements sont ouverts dès aujourd'hui auprès du SAO (Sport Auto Océan), où Nathalie saura vous apporter toutes les précisions utiles (tél : 05 46 44 23 23).

                        Jean-Pierre ROCHER & Patrick GUERIN – SAO – lundi 22 mai 2017

 

Quelle fut belle cette édition 2016, courue à travers la Plaine d’Aunis, entre Châtelaillon-Plage, Fouras-les-Bains, St-Loup et Forges d’Aunis !... Outre le fait d’avoir pris de l’altitude samedi après-midi, aux portes de la Saintonge, en passant par le Terrier de Puyrolland (57 m au dessus du niveau de la mer !), ce 5ème rendez-vous de régularité aura atteint des sommets et réservé de sacrées surprises tout en se voulant très indécis sportivement jusqu’à son terme.

Notre contrat de partenariat avec le ciel ayant été une nouvelle fois parfaitement respecté, les conditions étaient idéales pour savourer pleinement toute la beauté de ces autos d’hier (et de demain) qui composaient un plateau multicolore. Les cabriolets cinquantenaires pouvaient briller de mille feux, de nombreuses autos partant décapotées sur les deux étapes. La fête s’annonçait d’autant plus belle que les 56 équipages engagés étaient bien présents sur le front de mer chatelaillonnais à l’heure de s’élancer tout en douceur, parfois même en un silence assourdissant.

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23