35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
bords
classic
automne

Ni le front de mer venteux du samedi, ni la marée de 112 en soirée et encore moins le gros grain essuyé dimanche matin du côté de Surgères n’auront freiné les ardeurs de nos équipages, ni contrarié le fonctionnement des méninges de nos 45 copilotes.

Il faisait bopn rouler capoté en ce dimanche matin, après le gros grain tombé du côté de Surgères. Ici, l'Haustin Healey 3000 BT 7 de Véronique LEPAROUX et Bertrand GOBARD (31èmes au général Régularité Historique - (cliché Jean-Jacques BRUNET)

Sur la ligne de départ, Thomas et Vincent GARDRAT, un poil tendus, nous confiaient redouter de partir avec le n° 1, d’ouvrir la route sans disposer du moindre point de repère ; c’était en effet le prix à payer de leur victoire sur l’édition 2018 ; partir en pôle... La pression aura été réelle car du côté d’Azay, dans la ZR de Genouillé, ils allaient à la faute, plongeant la petite Cinquecento jaune au fossé. L’abandon était inéluctable et leurs espoirs de doublé s’envolaient d’un coup d'un seul...

L'an dernier, avec leur Cinquecento noire, ils s'étaient imposés. Cette année, sur le même type d'auto, mais "toute jaune", ils ne connaitront pas la même réussite - (cliché Jean-Jacques BRUNET)

Ce renoncement imprévisible offrait illico la voie libre à Gabrielle & Arnaud DOUBLET. Appliqués et auteurs d’une bonne gestion des moyennes horaires associée à une navigation tip-top, ils pouvaient alors espérer grimper d’une marche sur la boite, eux qui avaient terminé seconds l’an passé. Déjà en tête au terme de l’étape 1, ils ne goûtaient que mieux le buffet du samedi soir servi dans les salons du Casino de Châtelaillon-Plage, face à l’océan en grande tenue de soirée, sur son 112 et non sur son 31 !. Entre deux bouchées gourmandes, chacun y allait de ses anecdotes et de ses bévues ; perte de concentration, pas assez de reprise, trop de puissance, voiture trop basse, carters lustrés par les herbes, erreurs de navigations, remises à zéro ratées ou tardives des chronos, séances de jardinage, visites de cours de fermes, etc...)

Pour leur 4ème participation à ce Classic Charente-Maritime, Patrice MAZALEYRAT & Thibaut BATS avaient choisi cette jolie Alfa Romeo Giulia de 1972. Une belle italienne parmi les fleurs aunisiennes  rencontrées quelque part sur le parcours... Patrice & Thibaut se classeront 10èmes en Régularité Histoprique - (cliché Jean-Jacques BRUNET)

Dans le même temps, la direction de course restait invisible, zappant la douce étape des agapes et des réjouissances. Ils planchaient dur, contraints de résoudre les problèmes de non transmission des données par certains transpondeurs. A la difficulté habituelle de la tâche, s’ajoutait maintenant des aléas techniques... Nous n'étions pas à Las Vegas, mais comme dans une salle de jeux, l’électronique  et le numérique venaient de s’offrir un « impair et passe » aussi imprévu que mal venu... Pour le Collège, c’était « rien ne va plus ! ». Leur soirée allait être longue...

Même sans avoir été poussées au maximum, les autos engagées sur les 343 km de ce 8ème Classic Charente-Maritime auront apprécié cette pause oxygénation dans un charmant cadre de verdure...(cliché Jean-Jacques BRUNET)

L’appétit naturellement creusé par un « si long voyage », tous les concurrents, et particulièrement les copilotes, avouaient un grand état de fatigue. Ainsi, l’inversion des rôles observée samedi soir dans plusieurs autos s’expliquait par l’épuisement nerveux de quelques navigateurs qui, ne parvenant plus à se concentrer, avaient préféré troquer le road-book, les chronos et autre trip-master, contre un volant bien plus reposant !... Voilà qui ne manquera pas d’interpeller tous ceux qui pensent à tord que la « Régul » n’est qu'une « gentille petite balade touristique ».

8-8-8 !...Tout en discrétion et en fidélité, Jean-Marie CAROF aura disputé son 8ème Classic Charente-Maritime en 8 ans. Associé à Matthieu BONNAUD (Président de l'ASA Augias), ils signeront une belle 8ème place. Vous avez dit 8...? - (cliché Jean-Jacques BRUNET)

A propos de balade, on retiendra les propos de Fabienne LABARRIERE samedi soir, à l’arrivée de la 1ère étape : « Ca s’est très bien passé, on a fait peu d’erreurs et on a traversé des endroits magnifiques, mais ce qui est dommage, c’est de ne pas avoir eu le temps de regarder, d’admirer le paysage ! ». Aussitôt, elle se promettait, avec Luc LEFEBVRE son copilote, de retourner très vite sur certaines ZR (zones de régularité) rien que pour profiter, cette fois en toute liberté d’allure et de rythme, des jolis coins repérés...

A bord de leur Ford Sierra XR4, on retrouve Gabrielle au road-book et Arnaud aux manettes. La doublette DOUBLET s'apprête à prendre le départ... vers la victoire en Régularité Historique - (cliché Jean-Jacques BRUNET)

Confirmant dimanche matin leur quasi sans faute (166 points de pénalités seulement), le couple DOUBLET remportait cette 8ème édition devant Boris BONNET et Estelle GUILLEMIN qui leur rendaient 44 points. Portés par la mémoire du jeune et regretté Léo et porteurs du message fort « LEO, pour ne jamais rien lâcher », Christophe MILLET et Marie-Agnès CAUDOUX, qui jusque là n’étaient jamais rentrés dans le top 10, signaient une magnifique 3ème place, pleine de sens...

Les célébrissimes Alpines A110  savent, à travers les époques, ravir les amateurs de belles autos sportives. Christophe MILLET et Marie-Agnès CAUDOUX ont su allier élégance, performance et humanisme sur cette édition 2019 - (cliché Jean-Jacques BRUNET)

Dimanche, entre la poire et le fromage, à l’heure de recevoir sa récompense, Jean-François LASSAUX (5ème) faisait publiquement le constat amer de se voir reculer d’une place chaque année depuis sa victoire en 2014... Un constat qui ne saurait néanmoins le décourager de revenir l’an prochain avec Jean-Baptiste, histoire de mettre ensemble un terme à cette curieuse et déroutante spirale. En calculant bien, une place de 25ème lui sera promise pour ses 85 ans en 2036 !...

Et lorsque l'on parle d'élégance, que dire de ce magnifique Coupé MG MGA si chère à Monique & Jean-François PRONIER !?... Qui ne fut pas ce week-end envieux de s'y glisser, ne serait-ce que quelques secondes...?(cliché Jean-Jacques BRUNET)

Au chapitre des anecdotes... et d’aveux publiquement formulés, on retiendra le mot plein d’humilité lâché par Bertrand TOURNEUX lors de la remise des prix. « Nous terminons 6èmes, mais en fait, nous ne sommes pas vraiment à notre place. Le fait d’avoir supprimé à tous les équipages les pénalités de retour sur Châtelaillon, pour des raisons de fort trafic urbain, nous a injustement fait remonter au classement en gommant notamment les 20 minutes de retard que nous avions en fin d’étape, suite à de grosses erreurs de navigation de ma part !... Voilà pourquoi papa (Marc) dit avoir honte de cette place totalement imméritée ».

Au chapitre des petits plaisirs largement partagés avec le public, cette sobre et ravissante Renault Caravelle de 1967... Claude ROQUES & Sébastien FREON termineront 27èmes du classement général - (cliché Jean-Jacques BRUNET)

Concernant les classements annexes, notons la victoire de Vincent HERARD & Sébastien GERARD (Porsche 911 type 996) dans la catégorie « Loisir Prestige » et du jeune couple BEAUDEAU, Marianne & Florian, s’étant imposés en « Découverte ».

Au final, sur 36 partants, 34 équipages furent classés. Outre la mésaventure des frangins GARDRAT, Hervé BRESCIA & Christophe LEMONNIER, contraints à l’abandon avec leur Autobianchi A112, n’auront pas connu les saveurs de la belle ouvrage achevée... ce qui ne les aura pas privés pour autant de recevoir la récompense (modeste mais offerte de bon coeur) promise à tous les participants.

Tout avait commencé samedi matin sur les gradins de l'hippodrome, par un briefing aux équipages. Ecoute attentive et concentration étaient alors de mise. Quelques 343 km plus tard et menues séances de "jardinage", tous auront plaisir à partager le repas final pour clore un week-end sportif très chargé et riche d'émotions... - (cliché jean-Jacques BRUNET)

Qu'il soit de vitesse pure ou de Régularité Historique, un rallye finit (presque) toujours par un bon repas partagé entre tous, concurrents, officiels, bénévoles et organisateurs. Et pour assurer les obscures et incontournables tâches d'intendance, nous savons pouvoir compter sur "toujours les mêmes" !... Adressons une nouvelle fois nos remerciements et toute notre reconnaissance à Eric MONT, invisible en cuisine avec son équipe, et nos amis de l'ARVA (Amicale Rochelaise de Véhicules Anciens) qui auront comme dab "fait le job" avec efficacité et sourire. Merci Eric, merci Corinne, ainsi qu'à vos sympathiques équipes !...

 

Ce dimanche, dans la grande salle panoramique de l'hippodrome de Châtelaillon-Plage, il est presque midi. Les 160 couverts du repas de clôture (+ remise des prix) sont fin prêts. Dernier instant de calme pour nos bénévoles en charge du service... avant l'arrivée des convives, tous acteurs de cette belle édition 2019 - (cliché Patrick GUERIN)

Les chevaux-vapeurs thermiques comme les watts électriques ont maintenant déguerpi de l’hippodrome. L’écrin si gentiment mis à notre disposition par la ville de Châtelaillon-Plage s’est refermé. Vivement l’année prochaine que les box dédiés au trot attelé s’ouvrent à nouveau pour accueillir nos bêtes à 4 roues éprises de Régularité !...

                                                                                                                                   Patrick GUERIN – SAO – mardi 3 septembre 2019

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23