logo

IGOL-150-haut

leclerc-auto-150

groupe-barbier-150-haut

35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
Rallye du Printemps de Bords
SAO_3
Classic Charente Maritime
SAO_4
Rallye d'automne
SAO_5

Dans l’ES2, Jean-Charles remettait les pendules à l’heure et regagnait le Bassin des Chalutiers en pôle position, avec quelques dixièmes d’avance sur Bruno. Nicolas HERNANDEZ venait d’afficher ses ambitions en s’étant glissé dans le trio de tête. Quelle performance déjà pour lui !... Rejeté du top 10, Samuel BEZINAUD regrettait un numéro 75 qui le faisait partir bien loin des leaders et qui surtout lui faisait craindre de devoir rouler dans des conditions météo moins favorables que la tête de course, la pluie étant annoncée en cours de soirée.

En ne pointant qu’à la 16ème place, à déjà plus d’1 minute, Michael LOBRY avait dévoilé une stratégie d’extrême prudence. Si devant Jean-Charles pouvait tout donner pour viser le scratch, sa seconde place au championnat déjà assurée, Michael savait lui qu’il lui suffisait de rallier l’arrivée pour empocher le titre. Au sein du Team Minerva Oil, les rôles avaient été parfaitement définis, avant même les premiers tours de roues des deux autos aux liserets verts.

Samedi matin, le ciel semblait vouloir jouer l’apaisement et favoriser puissance et motricité en faisant sécher nos petites routes aunisiennes. Pour autant, le choix des gommes allait se révéler compliqué au moins jusqu’à la mi-journée entre des portions parfaitement sèches et d’autres encore bien grasses et gravillonnées. C’était si compliqué que certains allaient se prendre les pédales dans le tapis jonché de nos célébrissimes feuilles mortes.

Dans le sprint matinal de 22 km (ES3), BEAUBELIQUE confortait son fauteuil de leader, pendant que Bruno LONGEPE allait à la faute (39ème temps !), lâchant 1m 35s dans l’affaire et tout espoir au classement. Jérôme GALPIN reprenait du même coup une place sur la boite bien plus en rapport avec ses 4 succès précédents sur l’Automne (2004, 2005, 2006 et 2010). Derrière, tout le monde s’accrochait, quand certains renonçaient déjà. Après 3 chronos, ils n’étaient plus que 113 en course…

Sur les 18,600 km de l’ES4, la perf était signée Nicolas HERNANDEZ / Julien PESENTI qui venaient de faire quasiment jeu égal avec le leader, devançant même Jérôme GALPIN. Si nos autres régionaux se battaient comme ils le pouvaient avec leurs armes, Samuel BEZINAUD, Mathias DE SOUSA et Michel HAYET ne voyaient cependant pas les portes du top 10 s’ouvrir devant eux. Tous pointaient déjà à plus de 2 minutes du grand Jean-Charles.

Dans l’ES5, on retrouvait les mêmes, sauf Bruno LONGEPE qui avant même le second passage gourmand à Aigrefeuille avait été contraint de déguster. Sa Peugeot 208 T16 venait de rendre son tablier. La réussite de la Finale 2014 ne serait pas à ce rendez-vous 2016. Cette fois, elle lui tournait cruellement le dos.

Tel un bon diesel monté à température, Mathias DE SOUSA s’offrait enfin une place dans le top 10 (9ème) au terme de la longue ES6 et avec une auto qui n’était assurément pas taillée pour rivaliser avec celles des leaders. Malgré cela, notre boulanger régnait sans partage sur la classe R3.

Stéphane PALISSIER qui de son côté avait jusque là dominé la classe GT10, se voyait soudain contraint de renoncer, trahi par la mécanique de sa magnifique Porsche 997 GT3. Malheureux également allaient être Jean-Philippe & Marie ROUSSEAU, qui pointant hors délais au CH5, se voyaient mis hors course !... Un mauvais souvenir qu’il faudrait vite oublier du côté de Férrières…

C’était ensuite à Samuel BEZINAUD de se frayer une petite place dans le top 10, avec un 9ème joli chrono dans l’ES7 qui venait récompenser sa combativité incessante. Dès lors, les places de fauteuils d’orchestre semblaient figées, seule la sélectivité impitoyable de l’Automne pouvant encore bousculer une hiérarchie bien établie. Et dame malchance ne se faisait pas prier, frappant partout, y compris dans le peloton de tête…

La victime du moment était Stéphane PUSTELNIK, vainqueur ici en 2001 et qui voyait sa DS3 s’immobiliser pour de bon. Loin de l’agitation qui régnait à l’avant, Michael LOBRY restait dans l’ombre, presque dans l’anonymat de la meute. Concentré néanmoins et à distance respectable, il s’attelait à rester propre jusqu’au bout. Parmi les faits de course, un mauvais souvenir restera à l’équipage n° 91, Grégory & Teddy DENIE, auteurs d’une SRSG. En pliant leur Clio du côté de Péré, il mettaient en travers de la route un poteau électrique qui neutralisait la course pour les suivants.

A l’approche du money time (ES8), ce n’était plus l’heure des calculs pour la BMW 318 Compact n° 75 ; Samuel BEZINAUD & Nico BARBIER ne se contentaient plus d’assurer en tapant un splendide 6ème chrono ! Leur folle remontée au classement était bien engagée alors que dans le même temps, leurs rivaux directs pensaient déjà à préserver leurs acquis. Reynald MOINET n’amusait pas la galerie lui non plus, signant un remarquable 8ème temps.

Dans la 3ème et dernière traversée d’Aigrefeuille, Samuel & Mathias, chauds bouillants, étaient au sommet de leur art, signant les 4ème et 6ème chronos. Alors que la nuit tombait, tels des prédateurs nocturnes, ils s’asseyaient à la table des seigneurs de l’Automne. Confronté à quelques ennuis mécaniques, le futur champion de France finissait même en roue libre, avec un surprenant 88ème temps dans ce chrono n° 9, à 4m 28s de son copain d’écurie qui survolait les débats !... A ce moment là de la course, 35 équipages avaient déjà disparu des tablettes de Patrick SOFT.

Plusieurs SRSG allaient amener la Direction de course à annuler l’ES10. Si le grand soulagement intervenait plus tôt que prévu pour beaucoup, la déception assortie de frustration était palpable chez ceux qui maitrisant enfin leur auto, étaient à l’attaque, déterminés à honorer de la meilleure des façons les 60 ans de l’Automne. Si papy KNAPICK, 70 ans, aura montré sa belle longévité (4ème du scratch avec sa 206 WRC), les jeunes auront aussi été à la fête. Le meilleur junior sera Sam TAVENEAU (Peugeot 208), 21ème au général et 1er des R2. Du côté des filles, Aline CHOLLET & Pauline BOYER (Clio Ragnotti) soulèveront un bouquet de fleurs.

Derrière l’intouchable BEAUBELIQUE qui doublait là la mise après sa victoire en 2013, on retiendra l’extraordinaire performance de Nicolas HERNANDEZ et de Yann CLAIRAY, tous deux sur DS3, respectivement 2ème et 4ème, très longtemps  en bagarre avec Jérôme GALPIN. A l’entame de l’ES8, une insolente malchance anéantissait tous leurs efforts et ruinaient leurs espoirs légitimes de podium. Ils avaient de quoi nourrir de gros regrets… A l’image de beaucoup d’autres, ils se souviendront que finir un Automne est déjà une performance, un résultat qui n’est pas offert à tous. N’est-ce pas aussi cela qui a bâti la légende de notre rallye ?…

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, trois de nos équipages régionaux finissaient dans le top 10 ; Samuel BEZINAUD & Nico BARBIER, 5èmes, Mathias & Manon DE SOUSA, 8èmes, et Reynald & Florian MOINET, 10èmes, tous après avoir donné le maximum sur leurs terres. Mais sincèrement, pouvaient-ils espérer faire beaucoup mieux face à un plateau aussi relevé et à des autos de ce calibre ?... Ils ont fait honneur à l’épreuve et nous ne pouvons que les en remercier.

 

L’Automne 2016 en quelques chiffres : Au-delà des 530 bénévoles mobilisés sur le terrain pour assurer à la fois le bon déroulement du rallye et offrir à tous les acteurs la qualité d’accueil qui reste sa marque de fabrique, on saluera les 91 équipages qui seront parvenus à rallier l’ultime parc fermé. Pour bon nombre d’entre eux, être classé constitue déjà une victoire… Saluons également le fidèle public de l’Automne, un public qui cette fois aura bénéficié de conditions clémentes pour savourer ce moment tant attendu. Nombreux furent les pilotes qui apprécièrent l’affluence au bord des routes.

Sur les 25 pilotes SAO présents au départ le vendredi, ils n’étaient plus que 15 à l’arrivée, 8 ayant abandonné et 2 victimes de SRSG. L’épreuve s’était une fois encore montrée sélective, pour ne pas dire implacable. Dans le même temps, Michael LOBRY savourait avec gourmandise son titre de Champion de France de 2ème Division, trinquant avec un coéquipier triomphant. Le plan élaboré par les hommes en vert avait parfaitement fonctionné. De son côté, le barnum à peine démonté, toute l’équipe SAO pouvait se féliciter avec raison du beau travail accompli et soufflait avec le peu d’énergie qui lui restait, les 60 bougies de son Rallye d’Automne, fier de bel âge et de sa parfaite santé…

                                                                                                                  Patrick GUERIN – SAO – jeudi 17 novembre 2016

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23