35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
automne

 

Avec ce cinquième épisode de notre histoire, nous allons assister à la toute première victoire automnale d’une Alpine Renault en terre rochelaise. Aujourd’hui, au moment même où nous préparons sa 56ème édition, mais aussi la FINALE de Coupe de France VHC 2011 et le 2ème AUTOMNE CLASSIC, les AUTOMNE 1963 et 1964 reprennent vie, l’espace d’un instant. Replongeons-nous au cœur de ces éditions qui comme bien d’autres avant et après elles, ont construit la légende de ce rallye, de notre Rallye d’Automne.
Il était donc une fois, il y a presque un demi-siècle…

 
le IXème Rallye d’Automne, 16 & 17 novembre 1963
En marge de l’épreuve elle-même, levons tout de suite une ambiguïté ; Si l’ASA organisatrice est bien l’ASAO, elle bénéficie du renfort de l’Ecurie Jean GUITON… et c’est sous le label SAO (Sport Automobile Océan) que ces deux entités vont se retrouver pour bâtir le Rallye d’AUTOMNE. C’est là un point de terminologie qui nous éclaire sur les dénominations ultérieures des structures locales du sport auto.
 
Pour cette édition 63, les deux incontournables chevilles ouvrières du SAO, André GRASSET (Président de l’ASA mais aussi Directeur de Course) et Georges HIBLE (Secrétaire du Club et Commissaire Sportif) ont décidé, avec l’accord du Président d’Honneur, René De LONGPRE, de limiter le nombre des engagés à 60 voitures de tourisme. Celles-ci pourront être soit de série (Gr 1, avec K’=1), améliorées (Gr 2, avec K’=1,04) ou de Grand Tourisme (Gr 3, avec K’=1,12). (K’ est le coefficient adopté pour les classements à l’indice).
Les 299 km de secteurs de liaisons, qui sont à parcourir à la moyenne imposée de 50 km/h, seront ponctués de 4 épreuves annexes, dont le seul but sera de départager les ex-æquo du routier :
- Accélération au départ de La Rochelle, avenue de Strasbourg (sur 100 m),
- Accélération en Forêt de La Coubre, sur 14 km, parcourus de nuit,
- Accélération en côte à Taillebourg, sur 500 m, parcourus de nuit,
- Accélération en côte à La Trigale, sur 600 m, parcourus de nuit.
 
 
Les 2 plus rapides de chacune des épreuves d’accélération se verront récompensés d’une coupe et d’une dotation en prix (200 et 100 francs). Elégance oblige, les équipages féminins se disputeront la Coupe des Dames (avec 200 francs au 1er équipage du classement final).
Autre tradition déjà bien ancrée sur l’AUTOMNE, la politique tarifaire ; les frais d’engagement de 200 francs par voiture seront ramenés à 180 pour les écuries qui présenteront au moins 3 autos.
Côté « Vérifs », on ne rigole pas : Tout retard constaté au Bar de la Chaîne (le lieu du rendez-vous situé Place du même nom), sera sanctionné d’une amende, voire même jusqu’à la mise hors course !... Des vérifications techniques complémentaires (inopinées) pourront être pratiquées durant l’épreuve, notamment sur les voitures présentant des traces d’accident ou jugées suspectes. Enfin, les voitures seront à nouveau inspectées à l’arrivée, juste avant leur ultime entrée en Parc Fermé, sur le Cours Wilson (actuel Cours des Dames).
Le « Midi-Minuit » actuel (légèrement amendé) est déjà à cette époque un rallye hyper dense ; le premier départ est donné le samedi soir à 20h31, pour un retour en parc fermé dans la nuit de dimanche, à 3h52. Avouons tout net qu’il faut être sacrément courageux pour en suivre jusqu’au bout les péripéties ou simplement voir passer les autos sur les routes de campagne...
Etre retardé par une barrière de passage à niveau ou par une route barrée n’ouvre droit à aucune réclamation !… Notons avec quelque humour cette précision mentionnée dans l’article 17 du règlement : « L’usage des cales au départ des épreuves d’accélération est strictement interdit ». Dans l’article 21, il est précisé aux concurrents qu’il leur est également interdit d’apposer toute publicité commerciale sur leur auto… et sur eux-mêmes !... De toute évidence, l’ère de la « combi multi sponsorisée » restait encore à inventer…
Ultime petit clin d’œil sur ce règlement 1963 ; nous y relevons pêle-mêle et avec délectation quelques annonces de partenaires : Restaurant ANDRE, Quincaillerie LAURENT, Etablissements BRENUCHOT (404 Peugeot), Garage PRIVAT & LARCHE (DS sportive Citroën), Pneus V10 KLEBER-COLOMBES, Café LES COLONNES, Garage CHATAIGNER (Renault), etc... Enfin, parmi les « pubs » d’un autre âge, citons celles vantant notamment les bienfaits des cigarettes GITANE, du Compteur-Bleu EDF, des projecteurs CIBIE ou des yaourts RIVAL…
Anecdote pour l’organisation ; l’ASAO va louer à la SA des ENREGISTREURS LAMBERT (siégeant en Seine-Maritime) 8 horodateurs (tarif : 20 francs hors taxes par appareil) [j’ai la facture !]. Nous retrouverons trace de cette même location l’année suivante, mais au prix de 25 francs !...
 
 
Le film de l'édition 63 :
Ils seront en définitive 46 équipages à s’engager et 40 à s’élancer, face à la gare rochelaise. Le Parc Fermé rassemble des autos de tous types ; ainsi, la Ferrari 250 GT (2953 cm3) de LANNERS - ORNSTEIN (Ecurie AGACI) côtoie la Simca 1000 des bordelais BARTHE - DUPEYRON (980 cm3) ou la DKW (796 cm3) de PALLAT - TRIOU (Ecurie Cognac). On y trouve des Triumph TR III, des Porsche, différents types d’Alfa, des ID Citroën ou des 404 Peugeot. Les Simca qui ont triomphé ici même 10 ans plus tôt sont encore de la partie !... Les Austin Cooper S et autres Abarth sont aussi là, en force. Parmi les plus surprenantes, citons une René BONNET (1100 cm3) et une Neckar 1500 TS (1481 cm3) qui vont devoir elles aussi prouver leur agilité sur des routes grasses (normal !) et par moments copieusement arrosées. Pour une fois, le brouillard décidera de ne pas s’inviter à la fête…
L’autre grand absent du jour est incontestablement Robert BUCHET qui vient de « casser » sa puissante Porsche sur le Tour de Corse… Il lui sera impossible de trouver une autre monture allemande performante en si peu de temps. Enfin, faute d’équipages féminins, la Coupe des Dames 63 restera sur les étagères du SAO, au moins jusqu’à l’année prochaine.
En ce samedi soir d’automne, les voitures quittent le Parc Fermé de la Place de la Chaîne pour regagner l’Avenue de Strasbourg. Là, André SALARDAINE, Maire de la Ville, et Maître BOUTINET, Président de l’Automobile-Club de Charente-Maritime (fidèle partenaire du SAO dans cette organisation), drapeaux à la main, vont donner le départ aux premiers concurrents. La belle nuit des feuilles mortes commence alors…
Une fois encore, le parcours routier va se montrer extrêmement sélectif ; 25 équipages vont parvenir à rallier l’arrivée, 9 d’entre eux seulement bouclant les 3 étapes sans la moindre pénalisation à l’issue des 13 CH et des 25 CP mis en place. Parmi les 15 abandons, notons les sorties de route, sans gravité, (près de Nieul-sur-Seudre) des Porsche de MONIN - GRANSART et de HUGON - LUCAS qui vont aller jusqu’au fossé… rempli d’eau !
Si BARTHE vainqueur l’an passé vise le doublé, il va lui falloir se contenter de la seconde place, contraint d’admettre la domination de CHEINISSE - LEFEVRE et de leur Alpine A108. Le résultat n’est guère étonnant si l’on se réfère aux deux récents et brillants podiums (Rallye de Belgique et Tour de France Auto) conquis par cet équipage.
Sur les épreuves d’accélération, la toute puissante Ferrari de LANNERS - ORNSTEIN s’impose sans partage sur 3 des 4 chronos. Seuls les 500 m en côte de Taillebourg vont sourire à LELONG - PELATAN, qui profitent au mieux de l’explosivité de leur petite Austin Cooper S (1071 cm3).
A la fin de la cérémonie de remise des prix, à l’Hôtel de Ville de La Rochelle, André GRASSET annoncera à tous un heureux rendez-vous pour janvier 1964 : La Ville sera l’hôte du prochain Rallye de Monte-Carlo, organisant pour l’occasion un CH sur le Quai Valin et un Parc Fermé près du Bassin des yachts.
 
 
Classement Gr 3 – Grand Tourisme :
 
1ers CHEINISSE – LEFEVRE (Alpine A 108) 6.717 points
 
2èmes BARTHE – DUPEYRON (Simca 1000) 7.132 points
3èmes SINGER – LASSERRE (Alfa Gullieta Spider) 7.285 points
……………………………..
6èmes LANNERS – ORSNTEIN (Ferrari 250 GT) 7.583 points
 
 
Classements GR 1 et 2 – Tourisme et Tourisme amélioré :
1ers PRAUD – ROLLAND (Renault 1093) 6.396 points
2èmes SOUBES – BIGATA (Austin Seven Cooper) 6.605 points
3èmes PARIZOT – CROUE (Citroën DS 19 M) 6.866 points
 
 
 
le Xème Rallye d’Automne, 14 & 15 novembre 1964
 

 

Voilà l'édition du 10ème anniversaire !... Aussi la réussite promet d’être totale. Si le règlement 64 reste très proche du précédent, l’épreuve va tirer un premier bénéfice de ses succès antérieurs ; elle se voit dotée du coefficient 6 (au lieu de 4) dans le cadre du Championnat de France des Conducteurs. Si son parcours a été totalement repensé, sa longueur reste figée à 300 km.

Le sprint de « mise en bouche » (100 m face à la gare) est reconduit tel quel et l’accélération de La Trigale se voit sérieusement allongée (900 m au lieu de 600 !). Les organisateurs vont encore innover en traçant une épreuve extrêmement sinueuse, longue de 2,200 km, à travers les marais de Brouage. Enfin, les 450 m d’accélération du côté de Foncouverte finiront de mettre de l’ordre dans les « sans faute » des secteurs de liaison. Quant aux spectateurs rochelais, ils se voient récompensés de leur ferveur décennale par un passage et un CH en cours de rallye dans la cité maritime, pour la toute première fois.
Le « scoop » de ce règlement 64 est l’apparition d’un classement scratch (toutes catégories d’autos confondues) qui vient désormais enrichir le palmarès de l’AUTOMNE. Notons par ailleurs (article 14), que seuls des carburants de « type commercial » pourront être utilisés, tout additif étant proscrit. Enfin, commande sera passée auprès d’un peintre en lettres local (Monsieur SACRE) ; il lui faudra peindre les numéros des concurrents sur leurs portières par des chiffres de 350 mm de hauteur et de 70 mm d’épaisseur…
Toujours essentiellement disputé de nuit, le rallye débutera à 20h31 avec retour en parc fermé à 3h44 pour la première auto. Il est à noter que le Challenge CALTEX, ouvert sur toute la saison aux pilotes de l’Ecurie Atlantique, va connaître ici son épilogue, ce qui nous promet une farouche empoignade entre les quelques prétendants déclarés, encore regroupés en quelques points seulement.
 
La surprise va venir du nombre de concurrents présents sur la ligne de départ ; alors que le règlement limitait initialement leur nombre à 60 (article 4), ils sont en fait 74 à s’être engagés et seront 71 à s’élancer !... Voilà bien l’organisateur une seconde fois récompensé de ses 10 années de travail ; avant même le premier tour de roue, il peut avec fierté souffler les bougies de son « décennal gâteau ». Place au sport, maintenant !...
1964 est l’année qui va véritablement voir monter d’un cran la qualité du parc autos. Jamais autant de prestigieuses voitures s’étaient regroupées Place de la Chaîne… comme pour mieux célébrer ce royal anniversaire ; Jaguar, Alfa, BMW, Alpine, Porsche, Austin Healey, Ford Lotus et autres Volvo, Saab, Fiat, BMC Cooper ou Morgan GT vont faire grimper la notoriété de l’AUTOMNE en venant se frotter à nos « bonnes vieilles françaises » DS 19 Citroën, Peugeot 404, Simca 1000, Renault 1093 et Panhard (848 cm3). Ces dernièress risquent bien de ne ramasser que des miettes, malgré la présence de classements à l’indice de performance…
Les bons pilotes sont également venus des quatre coins de la France. Plusieurs d’entre eux sortent tout juste du Tour de France Auto ou de rallyes internationaux majeurs. Localement, « on s’est armé comme il convenait » pour tenter de « rester maître sur ses terres » ; il faudra en effet compter avec les équipages du SAO (l’ASA compte alors 21 licenciés compétiteurs) ; Christian AVRIL déjà vainqueur en 1961, a troqué sa Dauphine pour une Alpine Renault 1100. Paul BOURGET mais aussi « FREDMESCH » seront au volant de puissantes Porsche, l’équipage LACAZE – TECHOUEYERES disposera d’une redoutable Jaguar Type E (4 litres), TESSIER – TESSIER pourront quant à eux faire parler la motricité de leur Austin Healey (2.639 cm3).
 
 
 
Le film du rallye 64 :
Il fait gris sur La Rochelle, le plafond est bas, la pluie se fait menaçante… Au bout des 100 m initiaux chronométrés, c’est la Jaguar E des rochelais LACAZE - TECHOUYERES (3781 cm3) qui s’impose. La BMC Cooper 1300 de MARNAT – BAILBY (Ecurie Piuto Racing) l’emportera « haut la main » un peu plus tard sur La Trigale, alors que le redoutable tandem bordelais BARTHE – DUPEYRON, au nombre des favoris, y perdra toutes ses chances après une sortie de route consécutive à l’éclatement d’un pneu.
Du côté de Brouage, c’est la maniabilité de l’Austin Cooper S de LELONG - LEJEUNE qui va faire des miracles en repoussant à près de 7 secondes la Volvo (1780 cm3) de GALLOY – PAUL (Ecurie Atlantique) et la BMW 1800 de WEIPRECHT - BILLOUIN. L’ultime accélération de Foncouverte verra à nouveau la domination de LELONG - LEJEUNE et de leur toute petite auto viscéralement accrochée à l’asphalte sinueux et glissant du marais.
Mais en marge de ces chronos âprement disputés, quel verdict ont rendu les sections de liaisons ?... Combien et qui sont-ils à être sortis indemnes de toute pénalisation ?... Précisons qu’au tiers du rallye, une pluie abondante balayée par un vent violent s’est mise à tomber sur le littoral charentais… L’AUTOMNE 1964 est parfaitement dans la lignée de ce qu’il entend être, un rallye dur et rincé… Il pleut donc, et très fort !... Et paradoxalement, ce seront des routes détrempées mais parfaitement nettoyées de leurs boues si grasses que les concurrents vont emprunter jusqu’au cœur de la nuit, d’où des moyennes plutôt bien respectées, parfaitement même par 5 équipages sur les 50 qui seront classés. Ce sera là une grande stupéfaction pour les organisateurs qui pensaient la chose impossible !...
Les chronos feront le reste et offriront au duo tourangeaux LELONG – LEJEUNE une superbe revanche après leur amère déception lors du récent Tour de France Auto. Au vu des reportages de l’époque et des impressions de début de course, il semble bien que le parisien MARNAT, associé à BAILBY, était intrinsèquement le plus rapide de tous. Mais un incident mécanique sur sa BMC Cooper S viendra ruiner son excellente entame et dégagera la route à un LELONG très revanchard. Vous connaissez maintenant la suite…
La victoire venait de fuir le SAO ; Christian & Jacqueline AVRIL pouvaient s’en vouloir de cette pénalité infligée du côté de Taillebourg ; elle les privait assurément d’un belle performance à domicile...

Mesdames SCHWARTZ et VINCENT (Ecurie AGACI) sur Volvo 1800, seul équipage féminin au départ, allaient terminer 25èmes au scratch, mais remportaient surtout (et enfin !) la Coupe des Dames. La coupe inter-écuries revenait à nos amis vendéens de l’Ecurie Les Chouans. De l’avis de tous, cette édition venait d’être et de loin, la plus difficile de toutes !... Et chacun s’en trouvait ravi…

Classement Gr 3 – Grand Tourisme :
1ers DUCHEIN – ROUGET, Ecurie Mermoz (Alpine, 845 cm3)
2èmes Christian AVRIL - Jacqueline AVRIL, SAO (Alpine 1100)
3èmes Paul BOURGET – BERHUET, SAO (Porsche, 1600 cm3)
 
Classements GR 1 et 2 – Tourisme et Tourisme amélioré :
1ers LELONG – LEJEUNE, Ecurie Val de Loire (Austin Cooper S, 1275 cm3)
2èmes BOULAY – Mlle HUBIER, Ecurie AGACI (Isard Glas, 1189 cm3)
3èmes WEIPRECHT – BILLOUIN, Ecurie Les Chouans (BMW 1800)
 
Classements Général Scratch :
1ers LELONG – LEJEUNE, Ecurie Val de Loire (Austin Cooper S) 2.600 pts
2èmes WEIPRECHT – BILLOUIN, Ecurie Les Chouans (BMW 1800) 2.652 pts
3èmes GALLOIS - PAUL, Ecurie Atlantique (Volvo 1800) 2.665 pts
 
 

 

Cette 10ème édition qui suscitait tous les superlatifs, venait de connaître un succès sans précédent, tant du point de vue sportif que populaire. La formule venait de s'imposer définitivement. Les spectateurs venus en masse en redemandaient. Il était dit que l'AUTOMNE avait parfaitement trouvé ses fondements... et que sa légende était bel et bien en marche...

                                                             Patrick GUERIN - SAO - 11/2010

                                                            Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

 

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23