35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
automne

Histoire de replanter sommairement le décor qui à pu être commun à ces trois derniers millésimes, nous nous souviendrons qu’ils se sont tous courus sous la chaleur… et sur fond de crise économique. Ce dernier point expliquera la légère baisse de participation qui aura été observée durant ces 3 années.

 

27 & 28 juin 2009 : une édition surchauffée et à rebondissements
La véritable innovation de cette édition 2009 est l’arrivée des VHC, qui seront pour leur Printemps inaugural, au nombre d’une petite dizaine. Et elles auront fière allure, alignée aux côtés des 131 modernes autorisées à prendre le départ. La modeste meute de « belles anciennes » sera domptée par le duo bordelais Bernard DEES - Daniel MIRAMBEAU, sur Talbot Sunbeam Lotus. Christian et Annick POUMERI (BMW 323 I) termineront seconds, devant Alain & Gwénaël MARIEN (Ford RS 2000).
Côté modernes on dénombrera 6 forfaits, dont une surprise ; l’absence de Stéphane PALISSIER. Le menu proposé est sans grands changements : 143,850 km à parcourir, dont 35 seront chronométrés (en 7 ES), avec l’ES 1 du samedi soir en guise de prologue.
La bagarre qui va nous être servie par les tous meilleurs sera fantastique et indécise jusqu’au bout, avec un final à couper le souffle !... Si Samuel BEZINAUD (BMW M3) pointe en tête à l’issue du « tour de chauffe » couru en semi-nocturne, la meute des prétendants est juste derrière, à quelques dixièmes. Philippe REBIERE (Escort Cosworth) venu en troublion, fait tout pour empêcher un ancien vainqueur (Michel HAYET, Arthur DE SOUSA ou encore Patrice LAROCHE) de récidiver. Thierry LANDAIS qui vise le Groupe N, a déjà touché le bois de ce podium et ne désespère pas de réaliser le « hold-up » parfait sur le scratch.
En pôle depuis le début, Samuel BEZINAUD mène irrésistiblement la danse et semble devoir râfler la mise, tant sa domination est constante… Hélas pour lui, un vilain petit capteur va se mettre en défaut et lui faire perdre le rallye... Finissant l’ES 5 au ralenti, il dégringolera à la 11ème place. C’est un coup de tonnerre !...
Tout redevenant alors ouvert pour ses anciens poursuivants, nous allons assister sous un soleil de plomb à une bagarre aussi
somptueuse qu’indécise, dans un épique match à trois. : Philippe REBIERE, nouveau leader, devance Patrice LAROCHE de 2s5 et Michel HAYET de 2s9. Arthur DE SOUSA est alors 4ème à 19s. Suivent Thierry LANDAIS (à 21s3) et Romuald LEZEAU (à 28s1).
Chaque ES va venir bouleverser l’ordre des 4 premiers, séparés par quelques dixièmes seulement ; c’est chaud bouillant, dans tous les sens du terme !... Au sortir du dernier « Bois Brandet » (ES 7), c’est bien Michel HAYET qui sur le fil, va devancer de 2s à peine Philippe REBIERE, devant le couple LAROCHE et Thierry LANDAIS. On croit détenir là le podium 2009.
Mais un nouveau coup de théâtre, émanant de la direction de course cette fois (elle va infliger 1 minute de pénalité à Philippe REBIERE pour départs anticipés), va changer la donne et propulser Michel HAYET (navigué par Gilles CHAPEAU) sur la plus haute marche du podium, pour une 4ème couronne printanière jusque là inattendue pour lui. Patrice et Véronique LAROCHE échouent à 3s4, et Thierry LANDAIS - Ludovic TOUVRON (à 31s3). Arthur et Mathias DE SOUSA (4èmes) manqueront la troisième marche du podium pour 2s !
A retenir également la superbe prestation de Laurent ETIE - Flavien SAGOT (6èmes à 44s), auteurs d'une régularité absolue de bout en
bout. 97 équipages seront classés… après en ultime rebondissement, la mise hors course de Philippe REBIERE qui n’aura pas fait entrer en parc fermé son Escort Cosworth. 33 autos auront abandonné.

De bien tristes nouvelles en marge de la course…
C’est bien connu, le sport auto n’aime pas le n° 13… et cette édition allait curieusement se voir assombrie trois semaines plus tard par la disparition de Marc TRANQUART, l’ancien Maire emblématique de Bords, qui plus qu’un partenaire était devenu depuis longtemps un ami du SAO. A n’en pas douter, la mémoire de cet homme restera présente en nous tous, en tous ceux qui sont attachés à nos rallyes de Printemps et d’Automne. Si l’on y ajoute l’annonce à la mi-juin de la mise en liquidation judiciaire des Ets GRANDON, on se dit que cette 13ème édition nous aura décidément laissé un goût bien amer.

22 & 23 mai 2010 : Et de 5 pour Michel HAYET !...
Calée un bon mois plus tôt dans la saison (en espérant de la fraicheur), cette édition 2010 tombe en pleine crise mondiale économique et financière. La liste des engagés s’en ressent, avec « seulement » 122 équipages modernes (ils seront en fait 111 au départ). Le « papy
récidiviste » Michel HAYET, est bien là, toujours au volant de sa Subaru Impreza, en quête d’une nouvelle couronne. La tâche ne lui sera pas aisée, tant ses rivaux sont nombreux : Il y a là Patrice LAROCHE, Mickaël FAUCHER, Reynald MOINET, Philippe REBIERE, Stéphane
PALISSIER et Pascal LESCLOUPÉ notamment.
Cette édition sera marquée par la très vive sortie de route de Mickael FAUCHER, qui détruira son Escort Cosworth. Souvenons-nous également de la belle frayeur de Fabrice BILHOT et de Nicolas BOURRASSE sur Clio 3 RS, qui sortiront assez fort eux aussi…
Ce 14ème Printemps, marqué une fois encore par la chaleur, s’avèrera très disputé. On assistera notamment à un fantastique duel entre Michel HAYET et Patrice LAROCHE, chacun prenant l’avantage à tour de rôle. Juste derrière, Ugo GIRARDEAU et Reynald MOINET se livreront un mano à mano de toute beauté. Pascal LESCLOUPÉ une nouvelle fois en déveine, sera contraint à abandon.
En toute fin d’épreuve, Patrice LAROCHE sera trahie par sa boite de vitesses. Libéré de son étreinte, Michel HAYET empochera là logiquement sa 5ème couronne de printemps !... Engagé dans un autre duel, Reynald MOINET aura finalement raison d’Ugo pour la 2ème marche du podium. 82 concurrents seront classés.
Pour ouvrir les hostilités et « chauffer la salle », 12 autres seigneurs s’étaient engagés en VHC ; 10 seront au départ. Si Bernard DEES, vainqueur l’an passé manque à l’appel, les favoris se nomment Jean-Pierre LEVASSEUR, Philippe ANCELIN, ou encore Laurent FAVREAU. A leurs côtés, le discret Jérôme GARDACH dispute là son tout premier rallye au volant d’une superbe Porsche 911 SC. La logique va être respectée, Jean-Pierre LEVASSEUR et Michel FOUCRY l’emportant après avoir tout écrasé sur leur passage, réalisant le « grand chelem » (7 scratch/7 ES) !...

28 & 29 mai 2011 : du « 3 en 1 » pour cette 15ème édition
Si on en est à la 15ème version en moderne, sa déclinaison en VHC, la 3ème du nom, est maintenant devenue familière à tous, presque un classique du genre. Mais la présence de quelques autos en catégorie « Classic », est là une grande première… Avec les évolutions actuelles de la réglementation FFSA, il semble que le SAO soit désormais amené à proposer du « 3 en 1 » dans ses organisations ; la formule en est inaugurée sur ce Printemps 2011.
Voyons d’abord les Classic, ces autos anciennes qui peuvent courir sans le fameux PTH (Passeport Technique Historique)… Bon, d’accord, il s’agit d’un lancement tout en douceur avec seulement 2 autos à Bords (ou à bord), mais nous retiendrons que 100% des partants seront à l’arrivée !...  et c’est la charmante « petite nouvelle » en rallye (mais expérimentée sur circuit), Christine LAPEYRONNIE, associée à Sophie MICHENEAU, qui va s’imposer sur Porsche 911, devant la BMW 320 de Claude PILET, Monsieur le Maire de Puy-du-Lac en personne !
Côté VHC, ils étaient 13 engagés mais aussi 13 partants (sans superstition aucune). Jean-Pierre LEVASSEUR et Michel FOUCRY (Porsche SL Gr4) allaient honorer leur statut de grandissimes favoris en régnant une nouvelle fois sans partage sur l’épreuve. Tout juste consentiront-ils à lâcher un seul temps scratch aux deux Philippe, ANCELIN et BOUCARD… Ces derniers parviendront à hisser leur Talbot Sunbeam Lotus sur la seconde marche du podium. Derrière, on assistera à une fantastique bagarre à trois pour la place de 3 entre Alain KIEFFER – Eric PRET (BMW 323 I), Gérard – Marie Odile BESSON (Alpine A110) et Jean-Philippe LE CAM – Séb SULLAM (Porsche 911). Après l’abandon du couple BESSON, ce sera finalement Alain KIEFFER qui soufflera la dernière marche du podium à la très titrée Porsche bleue construite en 1965. Il était dit que ce podium 2011 serait 100% SAO !
Côté modernes, chacun pouvait s’attendre à un nouveau sacre de « papy » Michel HAYET, pratiquement intouchable sur cette épreuve (5 succès déjà !). Les familles LAROCHE et DE SOUSA nourrissaient elles aussi quelques espoirs. D’entrée, la surprise venait d’Ugo GIRARDEAU – Julien BICHON qui en position d’outsiders dominaient le prologue du samedi soir. Bien réveillés le lendemain matin, les favoris déclarés ne tardaient pas à remettre les pendules à l’heure… et  LAROCHE père & fils s'installaient bien vite dans les fauteuils de leaders… pour ne plus les lâcher. Juste derrière, la lutte faisait rage, à coups de dixièmes…
Finalement Arthur DE SOUSA – Fabrice CHAPRON allaient décrocher la seconde place devant un Ugo GIRARDEAU qui aura confirmé là toutes ses qualités de combativité. A coups de 2 ou 3 secondes concédées lors de chaque ES (sauf sur l’ES2 qu’il remportera), l’équipage Michel HAYET – Gilles CHAPEAU finira par être évincé du podium. S’il y a une surprise à retenir de ce Printemps 2011, ce sera bien d’avoir vu les grandissimes favoris rentrer dans le rang…
Notons enfin que Thierry LANDAIS sera victime dans l’ES 5 d’une violente sortie de route (sans gravité), ponctuée de quelques spectaculaires tonneaux qui froisseront sérieusement sa Clio Ragnotti.

                                                                                            Patrick GUERIN – SAO – juin 2011

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23