logo

IGOL-150-haut

leclerc-auto-150

groupe-barbier-150-haut

35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
Rallye du Printemps de Bords
SAO_3
Classic Charente Maritime
SAO_4
Rallye d'automne
SAO_5

S’ils n’ont pas besoin de se faire un nom, ils ne cherchent pas davantage à se créer un prénom, tellement les deux garçons sont humbles et discrets… Benoit & Thomas DELON sont frangins à la ville et coéquipiers en rallye, animés tous deux, comme le seraient les jumeaux qu’ils ne sont pas, par la même passion automobile. Et ne demandez pas à Benoit, l’aîné qui affiche un âge présidentiable (39 ans), lequel des deux pilote ou navigue, car les garçons sont interchangeables d’une épreuve à l’autre, à croire qu’ils se jouent le volant et le road-book à pile ou face…

Ils vont s’offrir un tout premier baquet en août 2010 par l’acquisition d’une 205 GTI 1,6 litres de 1986. A la fois prudents et patients, ils vont effectuer leurs premiers tours de roues bien loin de toute compétition, en offrant leur générosité au Rallython de Forges en décembre. Victimes de leur bon cœur mais certainement aussi de leur inexpérience, ils y casseront l’auto. Ca commençait donc plutôt mal…

Si Benoit et Tom savent se montrer généreux, ils reçoivent visiblement le soutien de leur entourage...

Si Benoit et Tom savent se montrer généreux, ils reçoivent visiblement un soutien indéfectible de leur entourage...

Echaudés et déçus, ils vont sans précipitation aucune acheter une seconde caisse de 205 et reconstruire une voiture de course à partir de leurs deux mulets. Ce patient remontage « fait maison » les occupera pendant plus de 3 ans, de 2011 à mi 2014. Les vrais débuts sportifs seront pour août 2014, par des passages musclés entre les quilles du Slalom de la Tour d'Hélène à Surgères. Leurs places de 48 et 50ème (sur 54 classés) sont anecdotiques. Ils attendront 2015 pour s’engager à nouveau.

 

Benoit (à D) et Thomas (à G) s'adonnent au slalom autant qu'au rallye asphalte

Cette année là, ils s’aligneront sur 3 slaloms (de La Rochelle, des Ecuries Augias et de la Tour d’Hélène). Et peu importe s’il nous est plus rapide de trouver leur classement en attaquant la liste par la fin. L’essentiel pour eux n’est pas d’être en haut de l’affiche, ni de jouer les premiers rôles. Sans même rêver de lights, de lauriers ni même d’interviews, tout juste osent-ils exprimer leur désir de réaliser quelques podiums de classe, et encore…

Benoit & Thomas (ou Thomas & Benoit) courent rien que pour se faire plaisir, à leur rythme, sans pression aucune et sans se faire de film. Etre au casting des épreuves du grand ouest en tant que simples figurants leur convient très bien, la devise de ces 2 natifs de La Rochelle pouvant être « Pour courir heureux, roulons cachés ». Une discrétion revendiquée qui ne nous empêche cependant pas de les mettre en lumière aujourd’hui, avec leur plein accord, et il nous est heureux de faire leur connaissance.

Mais revenons sur l’asphalte. Les voici maintenant à l’orée de la saison 2016, titulaires de leur première licence au SAO. Début mai, ils s’engagent au Slalom de Corcoué-sur-Logne, histoire d’habituer l’auto à leur coup de volant (et réciproquement !). Dans quelques jours, ce sera le grand saut… en étant au départ du 20ème Printemps de Bords, leur tout premier rallye. En garçons simples et sans prétentions, ils offriront à leur 205 blanche et orange stickée du numéro 57, la place de 57ème ! (sur 58 autos classées). Comment faire plus simple !?...

Benoit & Thomas à Bords l'an passé, pour leur tout premier rallye

S’en suivront 2 slaloms (dont celui de Lohéac) avant de revenir au rallye sur Les 12 Travaux d’Hercule en août dernier (38ème édition). Ce sera tout pour 2016… mise à part en toute fin d’année, la création de leur association, le Team TDS Compétition, ce afin d’officialiser leur engagement sportif et de formaliser les aides financières de leurs sponsors et soutiens.

Comme on s'en serait douté, pour eux, la vie de famille passe bien avant la compétition auto. Ici Benoit avec les jeunes DELON

Bien reposés, ils vont en mars 2017 réenfiler le bleu de chauffe (ou plutôt la combi) pour s’élancer sur les routes du 25ème Rallye de la Vienne, avec cette fois Benoit au volant. Ils seront contraints à l’abandon, suite à la casse de leur butée d'embrayage. Après un peu de mécanique familiale, les DELON brothers repartiront à l’assaut du 10ème Rallye de La Fougère lors du week-end de Pâques, avec cette fois-ci Thomas, le benjamin (32 ans) aux manettes.

Si leur auto est très élégamment décorée, elle allait à nouveau révéler quelque fragilité. L’examen extérieur de leur monture nous apporte toutes garanties sur la qualité de la peinture et sur la robustesse du circuit électrique… jusqu’à se demander même si la caisse n’est pas en inox massif… A l’évidence, les points faibles de cette GTI nous sont à l’oeil invisibles.

Cette Fougère 2017 leur laissera un goût amer avec un abandon en guise de récompense...

Pour l’équipage n° 54, tout se passait parfaitement bien sur une bonne moitié du rallye. Ils ferraillaient honorablement au sein de la classe F2000/13, où 7 prétendants visaient la breloque et une montée sur la boite.

Dans l’ES1, traditionnel tour de chauffe, Thomas & Benoit signaient le 52ème temps (et le 6ème de classe). Sur l’ES2, ils réalisaient le 46ème temps, à 1’ 12s du leader, Frédéric PURREY, sur Mitsu Lancer Evo 9, déjà loin devant, sur une autre planète et disposant d'armes d'un autre calibre. Pour autant, les DELON évoluaient à leur niveau, tirant le maximum de leur petite Peugeot.

Dans l’ES3, ils signaient le 48ème et avant dernier chrono, à 2’ 46s d’un Jean-Luc ROCHÉ (Skoda Fabia) déchainé et en bagarre pour la victoire. L’ES4 confirmait les positionnements, nos deux garçons veillant à maintenir au moins un équipage dans leurs rétroviseurs.

Facile de ne point se tromper dans la fratrie ; pour Tom, c'est écrit dessus...

Sur Marcillan-2 (ES5), les frangins ramassaient la peu enviable cuillère de bois pour 8 petites secondes, avec le 45ème et dernier temps. Si d’autres avaient déjà quitté la course, les deux coéquipiers à la silhouette de seconde ligne de rugby étaient encore là et le cardan tenait, du moins pour l’instant… Puis, ce sera la 6, St-Laurent / Bernos… l’instant où pour la famille DELON et les amis, toujours présents pour filer un coup de main et assurer l’assistance, la Fougère allait soudainement se faner. Le script n’avait à l’évidence pas prévu de lauriers pour eux sur l'épreuve… A l’heure des récompenses, seuls 35 équipages étaient parvenus à regagner l’ultime parc fermé d’une édition particulièrement cassante.

Tout allait encore bien à ce moment là sur la Fougère...

Nous arrivons à aujourd’hui. Une nouvelle fois réparée, la petite blanche orangée devrait être déclarée apte à repartir pour un tour, mieux même ; pour 3 tours !... sur le Printemps de Bords 2017, une 21ème édition entièrement repensée, avec deux ES inédites. Formons le vœu que pour Benoit & Thomas, porteurs du numéro 48 (sur une liste de 70 engagés), le scénario de ce court-métrage long de 36,510 km leur soit tout autrement plus favorable. S’ils connaissent le bonheur de rallier l’arrivée, sûr que la critique sera bonne, voire élogieuse… Clap !

Les deux représentants de cette nouvelle vague de rallyemen poursuivront ensuite une saison 2017 qui se veut à la fois complète et très diversifiée (avec même un passage par une épreuve de Régularité). Voici leur programme :

- 24 & 25 juin ; 10ème Slalom de Lezay

- 21 & 22 juillet ; 29ème Rallye National de Saintonge

- 19 & 20 août ; 39ème Rallye des 12 Travaux d’Hercule

- 02 & 03 septembre ; 6ème Rallye Classic Charente-Maritime (Régularité)

- 03 au 05 novembre ; 61ème Rallye National d'Automne

A l’image de l’intérêt que nous portons aux frères FAVRE, Jérôme & Olivier, qui ont une approche du Sport Auto assez proche de celle des frangins DELON, nous ne manquerons pas de vous suivre de près, Messieurs, ce week-end, mais aussi tout au long de cette belle et excitante saison 2017. A dimanche !... Clap de fin.

                                                                                                                                     Patrick GUERIN – SAO – Mercredi 10 mai 2017

 

Il y a peu, nous faisions connaissance avec notre « Dyaniste sur circuit », Matthieu MEUNIER. En ce week-end du 1er mai, il disputait la seconde manche du championnat 2CV Racing Cup 2016, le Trophée de Bourgogne, sur le circuit de Dijon-Prénois. Histoire de bien planter le décor, nous préciserons (voir photo ci-après) qu’il faisait un temps exécrable en Côte d’Or ce week-end là, avec comme invités surprises la pluie et le vent, assortis d’une température de 3°c au meilleur de la journée !... Autant dire qu’à l’heure de la cueillette du muguet, les protos s’offraient une sortie pour le moins hivernale…

Par le passé, en spectateurs avertis nous avions quelques repères ; ceux de voir François DELECOUR briller sur les plus prestigieux rallyes, notamment en Championnat du Monde asphalte ou encore, plus près de nous, de voir Olivier & Margaux PONTHIEU s’illustrer dans les rallyes VHC, jusqu’à remporter la Coupe de France 2012, en catégorie 2.

Mais avec le temps qui passe, tout bouge, mon pauv’monsieur !... Pour ne s’en tenir qu’à ces deux pilotes, on assiste avec surprise à leurs trajectoires croisées... N'est-il pas cocasse de retrouver désormais le « Père François » parmi les gentlemen drivers en Historique, au volant d’une Audi Quattro de légende, pendant que notre Olivier « SAOiste », après une première saison en moderne, repique à nouveau dans la grande cour de l’asphalte amateur, avec sa fille Margaux à ses côtés ?… C’est le monde à l’envers, j’vous dis…

Allez, offrons-nous un petit souffle de jeunesse en accueillant au sein du SAO notre troisième petit nouveau, un « tout jeune pilote qui n’en veut ». Bienvenue à toi, Téva !...

Téva Gschwindemann a 19 ans et se lance dans le grand bain du Sport Auto en entamant le week-end prochain (23 & 24 avril), sa toute première saison en rallye sur les routes de la Guirlande 2016. Le garçon a déjà listé les rendez-vous qu’il s’est fixés avec sa Peugeot 106 Rallye N1 de 1993 (110 cv), même si ceux-ci seront certainement amenés à évoluer en fonction du déroulement des premières épreuves.

Après la Guirlande, il devrait s’aligner au 20ème Printemps de Bords (21 & 22 mai), puis au 19ème Rallye du Clain (4 & 5 juin), à la 38ème édition des 12 Travaux d'Hercule (20 & 21 août), puis au 35ème Rallye du Médoc… avec une option possible pour le 14ème Rallye de la Vie, à la mi-septembre. Eh bien nous, nous serions heureux de voir Téva tenter un premier Automne, histoire d’associer ses 19 ans à un anniversaire hautement symbolique, celui de la 60ème édition de l’épreuve !... D’ici début novembre, nous tenterons de lui glisser l’idée dans le creux de l’oreille… et si le budget est là, ce serait sympa pour toute le monde ; pour lui comme pour nous… A suivre, donc…

Après avoir « tiré le portrait » du jeune Matthieu MEUNIER, nous poursuivons la présentation de quelques uns de nos nouveaux licenciés. Et là, nous changeons de registre, de génération et de discipline, sans perdre ce point commun à tous, la passion et le plaisir.

Ado, Bertrand DAMY rêvait déjà de courses de « bagnoles » !... Ayant un peu de suite dans les idées, ce jeune homme de 24 ans prendra sa toute première licence FFSA et deviendra membre du SAO  de 1979 à 1983. « Moi, pilote ?... Non, je suis plutôt un conducteur qui aime rouler vite » ; Le petit amateur qu’il veut rester disputera alors quelques courses, dont 3 fois l’Automne, dont on lui offrira ici, en guise de clin d’œil, deux de ses classements datant du siècle dernier :

   - 1980 : équipage n° 105 - DAMY-MICHAUD (Ecurie Jean Guiton) sur Renault 5 Alpine : 73ème au scratch et 20ème de la Classe 13 (de 1300 à 2000 cm3),

   - 1982 : équipage n° 43 - ROBIN-DAMY (ASA Cognac) sur Talbot Rallye III : 52ème au scratch et 13ème de la Classe 2 du Groupe A (< 1300 cm3).

Il s’essayera également au slalom et à la course de côte, toujours rien que pour s’amuser. Puis les priorités de la vie lui feront mettre le sport auto entre parenthèses, Bertrand se rangeant alors de l’autre côté des barrières, dans la foule des suiveurs invétérés de notre épreuve automnale…

Si on a tous plutôt bien connu la 2cv ou la Dyane Citroën dans toutes leurs déclinaisons de voitures populaires, nous ignorons tout ou presque de celle de l’un de nos nouveaux pilotes SAO, Matthieu MEUNIER. Si son modèle de référence date bien du siècle dernier, notre jeune licencié a plus que relooké la caisse d’origine de sa Dyane en ce début de XXIème siècle, allant même jusqu’à intégrer sous son capot un moteur de moto BMW !...

Avec cette monture improbable pour le commun des conducteurs, Matthieu participe au championnat 2CV Racing Cup depuis 2015, à ses 5 épreuves d’endurance sur circuits réparties entre la Belgique et la France. Les courses durent entre 6 heures et 24 heures, le clou de la saison étant pour les pilotes de participer aux 24 Heures 2CV de Spa.

Il en va du Sport Auto comme des autres disciplines sportives. Si la saison hivernale est propice à soigner les bobos, à se refaire une santé et à recharger les accus des « athlètes », elle est aussi la période idéale pour s’adonner à la grosse mécanique, aux évolutions techniques du bolide, pour s’adapter à la nouvelle réglementation fédérale, voire pour investir dans une nouvelle monture… quand certains vont même jusqu’à modifier l’attelage en changeant de coéquipier(ière).

Autre point commun, ce temps mort connait aussi sa valse des mutations, des changements d’ASA, même si pour une très grande majorité il convient de confirmer une fidélité inébranlable à son Club « de toujours ».

S’il n’y a point de cellule de recrutement ni d’agent de pilote au SAO, on enregistre ici comme ailleurs des arrivées spontanées, des « premiers pas automobiles », mais également quelques arrêts (souvent économiques, parfois par limite d’âge). On constate enfin toujours avec regrets quelques départs synonymes « d’envie d’ailleurs »…

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23